Cinéma Une comédie sur mesures pour la baronne Charlotte de Turckheim.

Sur son lit de mort, le comte de Montarbie d’Haus fait promettre à son épouse (Charlotte de Turckheim) que, son fils ayant choisi la voie de la prêtrise, son titre et son château seront bien transmis à son neveu Gonzague. Et ce au détriment de sa propre fille Blanche (Margaux Châtelier), qui entend bien faire changer sa mère d’avis. Dans son entreprise, la jeune fille peut compter sur la fidèle servante Fanny (Anne Consigny), mais aussi sur un allié inattendu, le jeune Abdel (Amir El Kacem), qu’elle a tiré dans le parc en pensant qu’il s’agissait d’un sanglier. Et voilà ce jeune voleur d’œuvres d’art en cavale se surprendre à se rapprocher d’une vieille comtesse rigide…

Reposant uniquement sur la rencontre fortuite entre deux mondes et la confrontation de leurs clichés respectifs - la noblesse face à la banlieue, les "bons Français" face aux Arabes -, "Abdel et la comtesse" est une comédie basique, stéréotypée. Les situations apparaissent totalement hors-sol, coupées de la réalité (même si la scénariste et productrice Amélie de Buretel de Chassey dit s’être inspirée de son propre milieu), tandis que certains personnages sont totalement bâclés, à peine esquissés. Il est par exemple assez indigne de confier un rôle de boniche aussi indigent à Anne Consigny. Tandis qu’on s’interroge sur l’intérêt dramatique du personnage de l’ami de la famille, campé sans conviction par Sam Karmann.

On peine à retrouver derrière la caméra la subtilité d’Isabelle Doval, dont le dernier film "Fonzy" avec son mari José Garcia (remake du "Starbuck" québécois) était nettement plus savoureux. S’il est très convenu - l’aristocratie et l’honneur se retrouvent partout, pas seulement dans la noblesse se battant pour "maintenir" son rang -, le message est, ceci dit, plutôt généreux. Tandis que l’abattage de Charlotte de Turckheim et quelques répliques amusantes sauvent le film du naufrage.

Réalisation : Isabelle Doval. Scénario : Sophie Glasse, Colombe Savignac, Amélie de Buretel et Pierre Kubel. Avec Charlotte de Turckheim, Amir El Kacem, Anne Consigny, Margaux Châtelier, Sam Karmann… 1 h 28.

© IPM