Cinéma "L’Homme qui tua Don Quichotte" de Terry Gilliam sort en Belgique ce mercredi. A 77 ans, c’est un soulagement pour le réalisateur britannique d’origine américaine. "C’est comme l’extraction d’une tumeur", a-t-il confié. Rencontre entre quat-z-yeux.

Vous rappelez-vous le moment où vous avez eu l’idée de faire un film autour de Don Quichotte ? Et pour quelles raisons ?

Oh oui ! Je venais de terminer "Les aventures du Baron de Münchhausen" (1988) et je me demandais ce que j’allais bien pouvoir faire. J’ai appelé Jake Eberts, qui était le producteur exécutif. Je lui ai dit : "J’ai besoin de 20 millions de dollars. Et j’ai deux noms : l’un est Gilliam, l’autre est Don Quichotte." Il m’a répondu : "Tu as l’argent." Et c’est parti comme ça. Et puis j’ai lu le livre. Parce que je ne l’avais jamais lu…

(...)