Cinéma

Troisième et dernier volet pour "Belle et Sébastien", adaptation façon carte postale des romans pour enfants publiés à partir de 1966 et portés à la télévision par l’ancienne actrice Cécile Aubry. Avant que la saga ne soit à nouveau rendue populaire au début des années 80 par une série animée japonaise qui laisse nostalgique tous les quadragenaires…

Clovis Cornillac est sûrement de ces enfants qui ont grandi en regardant ce dessin animé naïf contant l’histoire d’amour entre Sébastien, un jeune orphelin recueilli par César, un brave berger, et Belle, un superbe chien de berger des Pyrénées. L’acteur succède à Nicolas Vanier et Christian Duguay pour clore le récit inauguré en 2013.

Son premier film comme réalisateur, Cornillac l’ouvre d’ailleurs par un flash-back sur cette scène originelle. Quand, dans les Alpes, à la frontière franco-italienne, César (Tchéky Karyo) vient en aide à une jeune femme épuisée sur le point d’accoucher. Signe des temps, il n’est plus ici fait mention de ses origines roms… L’histoire reprend ensuite deux années après le dernier épisode. Alors que ses parents adoptifs s’apprêtent à s’envoler pour Montréal, Sébastien refuse que son grand-père ne vende les trois chiots de Belle, trognons comme tout. C’est alors que débarque Joseph, l’ancien maître de Belle, bien décidé à récupérer son chien et sa progéniture…

Une scène d’anthologie! Camion militaire allemand, chapeau noir, longue barbe et longs cheveux assortis, flingues et couteaux à portée de main… Cornillac s’est offert un personnage de méchant comme on n’en imagine plus au cinéma. Et c’est tout son film qui est à l’avenant, ultra appuyé, d’un simplisme confinant à la bêtise. Cornillac semble avoir oublié que ce n’est pas parce qu’il s’adresse à des enfants qu’il doit leur servir un cinéma frelaté, poussiéreux, à peine digne d’un téléfilm…


© IPM
Réalisation : Clovis Cornillac. Scénario : Juliette Sales et Fabien Suarez (d’après l’œuvre de Cécile Aubry). Photographie : Thierry Pouget. Musique : Armand Amar. Montage : Jean-François Elie. Avec Félix Bossuet, Clovis Cornillac, Tchéky Karyo, André Penvern, Thierry Neuvic… 1 h 37.