Cinéma

On a beau rencontrer Bouli Lanners deux ou trois fois par an, tant il est actif comme acteur et comme réalisateur, non seulement on ne s'en lasse pas, mais chaque entretien est toujours d'une rare richesse et l'occasion d'en découvrir un peu plus sur son travail et ses passions. Dans "Tueurs", le comédien s'est manifestement fait plaisir en jouant un commissaire Bouvy, qui traque une bande de braqueurs de fourgon, emmenée par Olivier Gourmet. A l'occasion de la promotion du film, il nous a accordé un double entretien - synthétisé ici. Plus sympa que Bouvy, Bouli n'en met pas moins dans le mille à chaque réponse.

Comme dans "Chien" de Samuel Benchetrit, vous incarnez de nouveau un sale type dans "Tueurs", alors que vous en aviez joué très peu. Cela ne peut pas être un hasard...

J'aimerais bien jouer plus souvent des sales types, désormais. C'est beaucoup plus jouissif, excitant et drôle à jouer. Parce que tu rentres dans un code qui fait sortir des choses que tu as en toi mais qui ne sont pas toi. C'est un vrai plaisir de jouer les salauds.

Ils sont plus dans la postures, alors que vous aimez bien jouer avec les mots...