Cinéma

Brillantissime. Voilà un beau cas d’école. Le titre est une escroquerie. Le spectateur pourrait-il, dès lors, intenter une action en tromperie sur la marchandise ? C’est que l’avocat de Michèle Laroque aurait beau jeu de plaider : c’est de la daube de premier choix. Comment lui donner tort ? Sans aller jusqu’à appeler son premier film "Nullissime" ou "Daubissime", Michèle Laroque aurait pu proposer un titre plus honnête comme "La femme qui avait un petit pois à la place du cerveau" ou "Psychologie d’une cagole niçoise". Au moins, on était prévenu tout en ayant une idée du sujet.

Angela est une grande bourgeoise - grande, grâce à Louboutin surtout - et sa vie tourne essentiellement autour de deux axes : déplacer de l’air et voir son psy. Ça lui prend tout son temps. On comprend que la veille de Noël, sa fille et son mari cherchent une autre compagnie pour passer le réveillon. Elle est très embêtée pour les huîtres car son chien - qui l’aide à déplacer de l’air - n’en raffole pas. Mais le marchand de fruits et légumes en poste jour et nuit dans le square au pied de son immeuble est amateur de fruits de mer.

Angela est insupportable mais on lui accorde des circonstances atténuantes dès qu’on a vu sa mère. C’est là qu’on voit le talent. Le rôle est pourri mais Françoise Fabian en tire quelque chose. Kad Merad, Gérard Darmon, Rossy De Palma, Pascal Elbé, Pierre Palmade ne peuvent en dire autant. En revanche, ils témoignent de leur amitié inconditionnelle pour Michèle Laroque. Mais un véritable ami ne devrait-il pas tout faire pour vous épargner le ridicule ?


© IPM
Réalisation, scénario : Michèle Laroque. Avec Michèle Laroque, Françoise Fabian, Kad Merad, Gérard Darmon, Pascal Elbé, Rossy De Palma, Pierre Palmade… (Durée non communiquée mais ça paraît long)