Cannes : le prix Fipresci de la critique internationale à "Dans la brume"

AFP Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Le Prix Fipresci de la critique internationale pour la compétition officielle à Cannes a été décerné au film ukrainien "Dans la brume" de Sergei Loznitsa, l'histoire d'un résistant soupçonné de collaboration enlevé par ses camarades pour être tué dans la forêt. Présentée vendredi en compétition à Cannes, cette oeuvre de deux heures, au rythme lent comme la guerre elle-même, s'ouvre sur un stupéfiant plan séquence.

La nuque penchée, des vaincus d'une armée en déroute avancent en 1942 vers le coeur d'un village aux frontières occidentales de l'URSS, sous le regard hagard de villageois hébétés par le conflit. C'est le début d'une errance racontée par le film qui pose de 100 manières la question: "Est-ce ainsi que les hommes vivent? ".

Le jury de la Fipresci, la Fédération internationale de la presse cinématographique, a attribué son prix Un Certain Regard au film "Les Bêtes du Sud sauvage", un premier long métrage américain aux allures de conte philosophique en Louisiane, illuminé par une fillette de 6 ans qui crève l'écran dans le rôle principal, Quvenzhané Wallis.

Le réalisateur de 29 ans de cette oeuvre lumineuse, Benh Zeitlin, a reçu le Grand Prix du jury au festival de Sundance en janvier dernier et est en lice à Cannes pour la Caméra d'Or, qui récompense une première oeuvre.

Enfin, le Prix Fipresci des sections parallèles est revenu au premier long métrage de Rachid Djaïdani, "Rengaine", une fiction survitaminée et maîtrisée, née de neuf ans de travail sur le racisme inter-communautaire.

Publicité clickBoxBanner