Festival de Cannes

Après Muched Loved en 2015, elle a signé la photographie de Wolf and Sheep.

Les Belges sont décidément partout, dans les sélections cannoises, même parfois de manière plus confidentielle. La directrice de la photographie belge Virginie Surdej a ainsi contribué au remarquable Wolf and Sheep, film afghan qui a été récompensé vendredi soir du prix Art Cinema, l'une des principales récompenses de la Quinzaine des Réalisateurs. Cette chronique rurale, sur fond de conte fantastique, a été réalisé par Shahrbanoo Sadat. Coproduit au Danemark, ce premier film afghan signé par une femme est d'ailleurs essentiellement féminin dans sa conception.

Agée de 37 ans, Virginie Surdej a été formé à l'Insas, l'une des principales et des plus renommées écoles de cinéma belges. Elle a ensuite complété son cursus à la prestigieuse École nationale supérieure Leon Schiller de Lodz, en Pologne, où furent formés des réalisateurs de renom comme Roman Polanski, Adrzej Wajda ou Krtistof Kieslowski, ainsi que des directeurs de la photographie de réputation internationale.

Après un début de carrière dans le cinéma documentaire, Virgine Surdej a oeuvré sur plusieurs films de fiction ces dernières années. En Belgique, elle a collaboré avec la réalisatrice Vania Leturcq sur son premier long métrage, L'année prochaine. En 2015, déjà, un film dont la Belge avait signé la photographie, Much Loved du réalisateur Nabil Ayouch, avait fait sensation à la Quinzaine des Réalisateurs. Virginie Surdej n'a pas pu fêter le prix de Wolf and Sheep avec sa réalisatrice : elle est actuellement en tournage au Liban, poursuivant sa carrière internationale sur des oeuvres exigeantes et engagées.