Cinéma

Lambert Wilson monte sur la scène du Théâtre de Châtelet en talons aiguilles pour remettre le César du meilleur espoir féminin. La première récompense de la soirée revient à Izia Higelin pour son rôle dans Mauvaise Fille.

Au tour de Ludivine Sagnier de rejoindre Antoine De Caunes pour remettre une récompense. Au tour du meilleur premier film de l'année écoulée d'être mis à l'honneur. C'est Louise Wimmer qui se voit primé. Cyril Mennegun monte sur scène en larmes pour récupérer son César.

Troisième César, et troisième film mis à l'honneur: le meilleur second rôle masculin, c'est pour Guillaume de Tonquédec. Dans Le Prénom, il est celui qui révèle le fameux patronyme qui donne au film sa raison d'être.

Au tour de Manu Payet de remettre un César, celui du meilleur film d'animation. Il va au film franco-belge Ernest et Célestine, inspiré par la série de livres pour enfants du même nom. Une belle récompense pour nos compatriotes Vincent Patar et Stéphane Aubier. Un duo déjà nominé, sans le même succès, en 2005 pour le César du meilleur film étranger.

L'équipe du film "Ernest et Célestine" (AFP)

Un César pour Matthias Schoenaerts, le deuxième pour De Rouille et d'Os

De Rouille et d'Os est récompensé par le César de la meilleure adaptation. Une énième récompense pour cet habitué des César qu'est Jacques Audiard, qui reçoit le précieux trophée en compagnie de Thomas Bidegain. Une petite victoire belge également, puisque le film était co-produit par les frères Dardenne, et son acteur principal était Matthias Schoenaerts.

Le même Mathias Schoenaerts est nominé dans la catégorie "meilleur espoir masculin". Nominé, et victorieux. Deuxième César consécutif pour De Rouille et d'Os, et deuxième trophée belge de la soirée. L'acteur s'est dit "énormément touché d'être accueilli dans la famille du cinéma français". Il a aussi remercié sa mère "une femme incroyable", sa "copine, la ravissante Alexandra". il a encore dédié son prix à "tous les comédiens qu'ont jamais gagné un prix mais qui en méritaient un".

Matthias Schoenaerts a enfin dédié son prix à son père décédé depuis longtemps". "S'il n'y a pas d'amour, il n'y a rien", a-t-il encore dit.

Matthias Schoenaerts et sa compagne, Alexandra (AFP)

Les adieux à la reine sont ensuite récompensés par le César de la meilleure photographie. Après l'image, place au son: c'est un trio de photographes qui reçoit le César pour l'habillage sonore du film Cloclo.

Affleck, Desplat: des César avant les Oscars

C'est dans une sublime robe mauve qu'Olga Kurylenko rejoint la scène du Théâtre de Châtelet pour remettre le César du meilleur film étranger. Là encore, les Belges ont leur chance avec À perdre la raison de Joachim Lafosse. Impossible cependant de rivaliser avec Ben Affleck, et son Argo, qui rafle le César avant sa razzia prévue sur les Oscars dans quelques jours.

Qui d'autre que Thomas Dutronc pouvait remettre le César de la meilleure musique originale? C'est Alexandre Desplat, collaborateur attitré de Jacques Audiard depuis toujours, qui rafle la mise. Et de trois pour De Rouille et d'Os.

Autre grand favori de la soirée, Amour doit attendre 22h30 pour empocher son premier César. Michael Haneke absent, c'est l'une de ses collaboratrices qui se rend sur scène pour récupérer la récompense du meilleur scénario original.

Le Prénom, second César pour un second rôle

Le Prénom est décidément un fournisseur de choix pour les seconds rôles. Après Guillaume de Tonquédec chez les hommes, au tour de Valérie Benguigui d'empocher un César pour son rôle dans ce film. Le César de la meilleure actrice dans un second rôle, c'est pour elle!

Le César du meilleur film documentaire revient à Sébastien Lifshitz pour Les Invisibles, consacré à ceux qui ont vécu leur homosexualité au grand jour durant l'entre-deux-guerres. Place ensuite au montage et aux décors, ces prix qui mettent en valeur les hommes et femmes de l'ombre du cinéma français. Une remise très théâtrale made in Audrey Lamy. Les Adieux à la reine s'offre un deuxième César avec les meilleurs décors. Pas encore de quoi concurrencer De Rouille et d'Os, qui s'offre un quatrième César avec le meilleur montage.

César d'honneur pour Costner

Les César, c'est également l'occasion de mettre en valeur des acteurs internationaux. Cette année, c'est Kevin Costner qui a eu l'honneur d'un César...d'honneur. L'Américain remercie en français le Théâtre de Châtelet pour l'immense ovation qu'il lui offre, avant d'enchainer en anglais, le trophée remis par Michel Hazanavicius à la main.

Kevin Costner et sa femme, Christine Baumgartner (AFP)

Un Américain sur scène, avant un Belge: François Damiens succède à Kevin Costner pour remettre "le costume du meilleur César", selon ses propres dires. Après une longue tirade humoristique, il finit par remettre le César à Christian Gasc. Troisième César pour Les Adieux à la reine.

La soirée belge continue à Paris, avec un troisième César pour nos compatriotes. Il revient à Nicolas Guiot, qui reçoit le César du meilleur court-métrage pour Le cri du homard.

Fin de soirée sous le signe de l'Amour

Place maintenant à l'apothéose, avec les quatre trophées les plus importants de la soirée. Charlotte Gainsbourg ouvre le bal en remettant le César du meilleur réalisateur à Michael Haneke, absent de la soirée, pour son film Amour, déjà honoré par une Palme d'Or à Cannes.

Amour rattrape son retard sur le film de Jacques Audiard, en s'offrant une troisième récompense via Emmanuelle Riva. La doyenne est désignée meilleure actrice pour son rôle dans le film de Michael Haneke.

Emmanuelle Riva, récompensée pour son rôle dans "Amour" (AFP)

Le festival continue pour Amour, avec un troisième César consécutif, remis à Jean-Louis Trintignant. Quatrième trophée de la soirée pour le film du réalisateur autrichien. Il faudra donc attendre le dernier César pour départager Amour et De Rouille et d'Os.

Le président de cérémonie, Jamel Debbouze, déboule sur scène pour l'apothéose de la soirée. Une dernière récompense pour Amour, qui termine la soirée en beauté en s'adjugeant les quatre prix principaux, pour un total de cinq César.

Tout le palmarès

- Meilleur film: "Amour" de Michael Haneke
- Meilleur réalisateur: Michael Haneke pour "Amour"
- Meilleure actrice: Emmanuelle Riva dans "Amour"
- Meilleur acteur: Jean-Louis Trintignant dans "Amour"
- Meilleure actrice dans un second rôle: Valérie Benguigui dans "Le prénom"
- Meilleur acteur dans un second rôle: Guillaume de Tonquédec dans "Le prénom"
- Meilleur espoir féminin: Izia Higelin dans "Mauvaise Fille"
- Meilleur espoir masculin: Matthias Schoenaerts dans "De rouille et d'os"
- Meilleur film étranger: "Argo" de Ben Affleck
- Meilleur premier film: "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun
- Meilleur film documentaire: "Les invisibles" de Sébastien Lifshitz et Bruno Nahon
- Meilleur film d'animation: "Ernest et Célestine" de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier
- Meilleure musique originale: Alexandre Desplat pour "De rouille et d'os"
- Meilleur film de court-métrage: "Le cri du homard" de Nicolas Guiot et Fabrice Préel-Cléach
- Meilleurs décors: Katia Wyszkop pour "Les adieux à la reine"
- Meilleurs costumes: Christian Gasc pour "Les adieux à la reine"
- Meilleur scénario original: Michael Haneke pour "Amour"
- Meilleure photo: Romain Winding pour "Les adieux à la reine"
- Meilleure adaptation: Jacques Audiard et Thomas Bidegain pour "De rouille et d'os"
- Meilleur montage : Juliette Welfling pour "De rouille et d'os"
- Meilleur son : Antoine Deflandre, Germain Boulay et Eric Tisserand pour "Cloclo"