Cinéma

Hollywood apprécie particulièrement cet auteur à succès. Raison pour laquelle ses écrits ont souvent été adaptés en films. En voici cinq. 



Shining (1980)

C’est peut-être l’adaptation de Stephen King la plus célèbre. Mais aussi la plus polémique, car très différente de l’œuvre originale. Stanley Kubrick s’est librement approprié la trame du roman "The Shining", évacuant plusieurs épisodes et explications pour renforcer le mystère et l’angoisse à l’écran. Formellement, le film est un chef-d’œuvre et marque un jalon du cinéma fantastique. Si trahison il y a, "Shining" (sans le "The") n’en est pas moins une des adaptations de Stephen King les plus réussies et les moins datées, qui a définitivement assis la réputation du romancier. Elle compte aussi parmi les meilleurs films du réalisateur.



Stand By Me (1986)

Quatre jeunes adolescents partent en quête du corps d'un garçon de leur âge. Ce récit initiatique fut adapté par Rob Reiner à partir de la nouvelle "The Body". Ni horrifique, ni fantastique, cette histoire appartient au cycle de l'enfance des premiers romans de Stephen King. Le film est une de ses trois adaptations préférées. 



Misery (1990)

Suite à un accident sur une route isolée, un écrivain à succès est séquestré par la fan qui l’a recueilli et soigné. Deuxième adaptation de King par Rob Reiner, ce thriller est un huis clos puissant aux relents masochistes. Non fantastique et d’une grande simplicité formelle, il n’en est pas moins terrifiant et angoissant. Stephen King le cite régulièrement parmi ses dix adaptations préférées.



Les Evadés (The Shawshank Redemption) (1994)

Sur vingt ans, l’histoire d’un détenu (Tim Robbins) injustement condamné pour le meurtre de sa femme. Ce premier long métrage de Frank Darabont était la deuxième adaptation de Stephen King par le réalisateur, qui avait déjà transposé une nouvelle pour son court métrage de fin d’études. Echec commercial lors de sa sortie au cinéma, le film figure désormais dans la liste des 100 meilleurs films de l’American Film Institute. Et l’écrivain le cite dans le top 3 de ses adaptations favorites. Darabont signera un autre film de prison d’après une œuvre de Stephen King, "La Ligne Verte" (1999), avec Tom Hanks.



The Mist (2007)

Troisième long métrage adapté de l’œuvre de King par Frank Darabont, "The Mist" est transposé d’une nouvelle fantastique et horrifique, "La Brume". Après une tempête, un brouillard épais s’abat sur une petite ville côtière. Des monstres en surgissent et attaquent les habitants. Des survivants se réfugient dans un super-marché mais des tensions apparaissent, sur fond de superstition religieuse. Darabont signe un film tendu, transposition contemporaine des films de monstres qui marquèrent King dans sa jeunesse. Le réalisateur réussit le tour de force de livrer une fin plus puissante que celle du romancier - qui en a d’ailleurs salué l’excellence au point de classer le film dans son top 3. Un remake sous forme de série est diffusé depuis juin aux Etats-Unis.