Cinéma

Mathieu (Romain Duris) est prêt à tout pour aider sa fille Sarah (la Belge Fantine Harduin), atteinte d’une grave maladie orpheline qui l’oblige à vivre dans une capsule close, sous atmosphère stérile. Un jour, il revient plein d’espoir d’un voyage au Canada, où il pense avoir trouvé enfin un traitement. Son ex-femme Anna (Olga Kurylenko) se montre moins enthousiaste… Soudain, Paris est victime d’un violent tremblement de terre. Des entrailles de la terre, émerge une brume mystérieuse, qui tue tout sur son passage. Mathieu et Anna se réfugient en hauteur, chez leurs vieux voisins. Privés d’électricité et de tout contact avec l’extérieur, ils doivent trouver une solution pour sauver leur enfant, pour l’instant protégée dans sa bulle de verre…

Avec une brume étrange qui ramène l’humanité à sa nature primale, impossible de ne pas faire le parallèle avec "The Mist" de Frank Darabont en 2007, l’une des meilleures adaptations du maître du suspense Stephen King - dont la nouvelle a également donné lieu à une mini-série l’année dernière. De suspense, il n’y en a guère dans ce thriller de science-fiction au rabais signé par le Québécois Daniel Roby (découvert en 2004 avec l’improbable film de vampires "La peau blanche"). Si l’on retrouve ici le même refus de donner une quelconque explication à ce brouillard mystérieux, "Dans la brume" ne dépasse jamais le stade du premier degré, ne propose jamais une quelconque métaphore sur l’état de la société, ni même sur l’avenir de la planète.

Basique de chez basique, l’intrigue se borne à illustrer de façon simpliste les sacrifices que sont prêts à endurer un père et une mère pour sauver leur fille. Le tout très lourdement souligné à travers des dialogues d’une rare platitude et des scènes sans réels enjeux dramatiques. Pas étonnant, dans ces conditions, que les comédiens surjouent et ne soient pas vraiment au meilleur de leur forme, Duris en tête. Sans même parler des effets spéciaux bas de gamme qui font qu’on n’arrive même pas à croire à cette invasion des rues de Paris par un brouillard mortel…

Réalisation : Daniel Roby. Scénario : Jimmy Bemon, Mathieu Delozier&Guillaume Lemans. Photographie : Pierre-Yves Bastard. Musique : Michel Corriveau. Avec Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin, Michel Robin… 1 h 29.

© IPM