Cinéma

Le mérite de productions comme "Dog Days" est qu’on sait précisément à quoi s’attendre (et ne pas s’attendre). Soit une comédie romantique chorale spéciale canins. On y suit donc les déboires amoureux d’une présentatrice de télévision, les rêves romantiques d’une serveuse de coffee shop, l’adoption difficile par un couple, les mésaventures d’un musicien un peu looser ou un veuf solitaire qui a perdu son fidèle compagnon. Tous ont en commun leur amour des chiens, trait d’union qui rassemblera les cœurs et la meute.


Le réalisateur Ken Marino et les scénaristes Elissa Matsueda et Erica Oyama n’ont pas trimé comme des chiens - c’est le service minimum. Le casting assez bankable avec Vanessa Hudgens, Nina Dobrev, Finn Wolfhard, Ron Cephas Jones, Eva Longoria, Tone Bell, entre autres. Il est aussi très diversifié et coloré.

Ce qui donne à cette guimauve fondamentalement insipide un attrait conjoncturel : celui du conte de fée, où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Au point que les Etats-Unis, si crispés et polarisés sur les identités des uns et des autres, y mériteraient à nouveau leur nom, portrait d’une grande société post-raciale. "I’m happy" dirait Droopy, même si on est loin de la subitlité du cinéma idéaliste de Frank Capra. A voir, éventuellement, pour se consoler d’un après-midi de chien…

Réalisation : Ken Marino. Avec Vanessa Hudgens, Nina Dobrev, Finn Wolfhard,… 1h53

© IPM