Et la lumière fut...

PAR JEAN-FRANÇOIS PLUIJGERS Publié le - Mis à jour le

Cinéma

ENTRETIEN

Si son nom n'est guère familier du grand public, Jack Cardiff est pourtant un authentique géant du cinéma. Pas tant pour son oeuvre de réalisateur, relativement quelconque - encore qu'on y relève une adaptation réussie de D.H. Lawrence, `Amants et fils´, de même qu'un film-culte, `La Motocyclette´, d'après Mandiargues. Non, si Cardiff a marqué l'histoire du Septième art, c'est au titre de directeur de la photographie, lui qui donna leur lumière à quelques-unes des plus belles oeuvres du duo Powell-Pressburger, d'`Une question de vie et de mort´ au `Narcisse noir´ en passant par `Les Chaussons rouges´, collabora avec Hitchcock pour `Les Amants du Capricorne´, fut de l'`African Queen´ de John Huston ou encore de `La Comtesse aux pieds nus´ de J.L. Mankiewicz.

Rencontrer cet alerte octogénaire, c'est, du reste, un peu comme voir défiler une histoire du cinéma. Né avec la Première Guerre mondiale, Cardiff n'a cessé de baigner dans le milieu, enfant-acteur d'abord, effectuant divers petits métiers sur les plateaux ensuite. `Devenir chef-opérateur ne m'était jamais venu à l'esprit, jusqu'au jour où j'ai réalisé que les types du département photo avaient l'occasion de beaucoup voyager. Ils allaient en France, en Italie, en Espagne et même parfois en Egypte, et cela m'a séduit. Et puis, de fil en aiguille, la photographie a commencé à m'intéresser...´

Cet attrait, Cardiff le relie aussi à une passion plus ancienne, la peinture. `J'ai découvert la peinture à neuf ou dix ans, lorsqu'un professeur nous a amenés voir une exposition. Ce fut une révélation. Par la suite, j'ai étudié des peintres comme Rembrandt, Vermeer ou le Caravage, ce qui m'a beaucoup aidé dans mon travail. Ils recouraient à une lumière très simple, et instinctivement, j'ai voulu reproduire le même effet.´

Dès 1946, en effet, Jack Cardiff met son sens de la composition - et de la couleur - au service de Michael Powell. `Officiellement, je travaillais pour Technicolor, qui avait installé un laboratoire en Angleterre. Mais on m'engageait aussi pour des films, dans la seconde équipe. C'est ainsi que je me suis retrouvé sur le Colonel Blimp de Michael Powell. Il y avait une scène assez compliquée : il fallait filmer un mur avec des têtes d'animaux et des cornes. C'était très difficile à éclairer, à cause des ombres. Je suppose que j'ai fait du bon boulot, parce qu'à un moment j'ai entendu une voix s'exclamer: `Very interesting´. Je me suis retourné, et c'était Michael Powell. Il m'a alors demandé si je voulais m'occuper de la photographie de son film suivant.´ `Une question de vie et de mort´ marque le début d'une fructueuse collaboration; `Le Narcisse noir´ et `Les Chaussons rouges´ comptent parmi les plus grandes réussites du Technicolor. Le premier vaudra à Cardiff l'oscar de la photographie, le second lui rappelle une anecdote étonnante. ` Les Chaussons rouges reste une expérience fantastique. Nous avions une énorme liberté créative, et tout le monde, dans l'équipe, avait la conviction de tourner un grand film. C'était une production de la Rank et, le film achevé, nous l'avons montré à monsieur Rank et son assistant. Quand les lumières se sont rallumées, ils se sont levés et sont sortis sans dire un mot à Michael Powell. En général, ils avaient au moins la politesse de dire quelque chose comme `intéressant´. Mais là, même pas, ils trouvaient que c'était un désastre. Le film n'a d'ailleurs pas bénéficié d'une première, et n'est sorti que dans une salle, à Londres. La critique ne savait pas trop qu'en penser, mais un couple d'Américains l'a vu, et l'a adoré. Cet homme avait une petite salle à New York, le Bijou. Il a demandé à Rank la permission d'y projeter le film et il est resté à l'affiche deux ans. Avant de sortir dans toute l'Amérique, où il a connu un immense succès, et de devenir un classique...´

Des histoires comme celles-là, Jack Cardiff pourrait en raconter de nombreuses. Le temps étant compté, on lui demande d'évoquer sa collaboration avec Hitchcock - `il travaillait par plans-séquence de dix minutes. La question n'était pas tant d'être créatif que de s'ingénier à éclairer jusqu'à huit décors différents en une fois´ -, celle avec Huston aussi. `Nous avons commencé le tournage d' African Queen au Congo belge. Nous redoutions les maladies, mais tout s'est bien passé. Nous sommes alors partis sur le lac Victoria, en Ouganda. Nous vivions sur une maison bateau, et du moment où nous avons embarqué, tout le monde est devenu malade. Les deux seuls épargnés étaient Humphrey Bogart et John Huston. Des médecins venaient, sans rien trouver, jusqu'au dernier qui a découvert que nous puisions l'eau du lac et que le filtre manquait. Nous buvions cette eau, qui contenait des déjections d'hippopotames et de crocodiles. La raison pour laquelle Bogart et Huston n'étaient pas malades, c'est qu'ils ne touchaient jamais à l'eau, ils ne buvaient que du whisky.´ Et de prendre congé sur un rire éloquent...

© La Libre Belgique 2002

PAR JEAN-FRANÇOIS PLUIJGERS

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    "Gueule d'ange"... la daube cinéma de la semaine

    Une gamine de huit ans chante une chanson à sa mère pour l’endormir en lui caressant l’épaule. Un enfant qui se comporte comme un adulte car l’adulte se comporte comme un enfant, c’est malheureusement un cliché au cinéma. Marion Cotillard joue une ...

  2. 2
    Dany Boon enquête sur Jennifer Aniston

    Piégés par Luke Evans, Jennifer Aniston et Adam Sandler se retrouvent suspectés d’assassinat dans Murder Mystery, une comédie américaine de Kyle Newacheck. Et devinez qui les traque ? L’inspecteur d’Interpol incarné par… Dany Boon. ...

  3. 3
    Péril en la demeure du cinéma belge

    Alors que s’achève cet anniversaire, le secteur s’inquiète : son "modèle" est menacé de "blocage", avertissent les professionnels, par la réforme des instances d’avis concoctée par la ministre de la Culture Alda Greoli.

  4. 4
    Billy le musclé qui boxe ses "colocs" dans une prison de Bangkok... Voilà "A Prayer Before Dawn"

    Quand il ne se shoote pas, un Anglais cogne en participant à des combats clandestins dans les intestins de Bangkok. Un jour, la police débarque dans son trou à rats et le jette dans un dortoir de la prison. Seul Blanc parmi les locaux, il a du mal à ...

  5. 5
    Portrait
    Claudia Cardinale, une légende à Bruxelles

    Elle est l’invitée d’honneur de la première édition du Briff, le Brussels International Film Festival. L’occasion de revoir quelques-uns de ses chefs-d’œuvre. De la rencontrer avant la projection d’“Il était une fois dans l’Ouest”.

cover-ci

Cover-PM