Cinéma

Dans une grande ville du sud de la Chine, un chauffeur dérobe une forte somme d’argent pour soigner sa fiancée, victime d’une opération de chirurgie esthétique ratée. Le sac rempli d’un million de yuans passe rapidement de mains en mains, celles de gens ordinaires mais aussi de mafieux, petites frappes et autres tueurs à gages. Et ce magot de faire exploser toute forme de bienséance et de réveiller en chacun les pires démons…


Signé Liu Jian, "Have a Nice Day" est un polar noir d’encre, qui évoque l’obsession de l’argent dans une société chinoise en pleine mutation. Est-ce parce que, théoriquement, la Chine est toujours un pays communiste ? Le nouveau film d’animation de Liu Jian n’a en tout cas pas eu l’heur de plaire aux autorités chinoises. Si le film a bien reçu un visa pour concourir en Compétition au festival de Berlin en février 2017, il a dû être déprogrammé quelques mois plus tard du Festival du film d’animation d’Annecy, dont la Chine était l’invitée d’honneur. Et ce alors que le précédent film de Liu Jian, "Piercing I", avait déjà été censuré à Annecy en 2010. Le principal rendez-vous mondial, qui s’est clos le 17 juin dernier, avait cependant reprogrammé "Have a Nice Day" cette année.

Graphiquement très intéressant - jouant sur une forme d’hyperréalisme mâtiné de touches poétiques -, truffé de trouvailles visuelles amusantes et bénéficiant d’une animation aussi sommaire qu’efficace, "Have a Nice Day" réussit, en quelques planches, à planter le décor et l’ambiance d’une grande ville chinoise industrielle. Malheureusement, côté scénario, le polar se révèle un brin décevant.

Liu Jian essaye bien de nourrir son film de réflexions philosophiques empruntées à la sagesse chinoise ou d’une critique du consumérisme galopant qui ravage son pays, mais "Have a Nice Day" patine assez rapidement. Reste pourtant un regard sombre sur la Chine d’aujourd’hui, pas seulement ravagée par la corruption mais surtout par le désir fou d’argent, qui révèle le pire de la nature humaine…

Scénario & réalisation : Liu Jian. Musique : The Shanghai Restoration Project. Montage : Militia Xiao Liu. 1h17.

© IPM