Cinéma

"C’est de la merde."

Voilà l’avis du président du jury du festival de Cannes 1959 à propos de "Hiroshima mon amour", premier long métrage du réalisateur français Alain Resnais. Il s’agit de Marcel Achard, auteur dramatique en vue à l’époque, mais qui peut citer une de ses pièces, aujourd’hui ? Il n’a pas passé la barrière du XXIe siècle.

En revanche, Alain Resnais est un cinéaste majeur du XXe siècle. Il est une balise dans l’histoire du 7e art. D’une part pour sa passion pour le cerveau, son architecture, son fonctionnement, sa mémoire, son inconscient et d’autre part pour sa capacité à inventer une nouvelle forme à chaque film.