Cinéma

Un couple (Isabelle Carré et Jacques Gamblin) débarque au Cambodge pour adopter un orphelin. Pourtant, «Holy Lola» n'est pas un film sur l'adoption mais sur un couple confronté à une épreuve dévastatrice: le désir d'enfant. Ce long métrage de Bertrand Tavernier, le dernier, n'est jamais celui qu'on croit car il est quantité de films. C'est un mélodrame au thème singulier. C'est un film d'aventures humaines. C'est un dossier informatif et moral, jamais un documentaire. C'est une exploration du monde, l'authentique portrait d'un pays, par sa lumière, son humidité, son rythme, son peuple. On est loin des cartes postales. Au final, c'est peut-être le film le plus émouvant de Tavernier. Le réalisateur de «Laissez-passer» laisse aller l'émotion, s'aventure au bord du pathos, sans jamais basculer. Il laisse aller la comédie aussi, plus la tension monte, plus il va et vient du rire aux larmes. Le bonus offre un long journal de bord qui renseigne autant sur la vie au Cambodge que sur le tournage d'un film. Et l'effet de l'un sur l'autre. (F.Ds) (Boomerang)

© La Libre Belgique 2005