Cinéma

Renée pédale comme Philippe Gilbert dans une salle de sport new-yorkaise mais le matériel plie sous l’effort. Sous le poids aussi. Projetée à terre, Renée ne retrouve que partiellement ses esprits, elle se voit désormais comme elle se rêve, avec 30 kg de moins.

Forte de sa taille mannequin imaginaire et de son look de fashionista, elle auditionne pour le poste de réceptionniste d’une prestigieuse marque de maquillage soucieuse d’élargir sa clientèle. C’est avec son tempérament qu’elle décroche le poste et son expérience de consommatrice lambda, qu’elle renseigne la société sur les attentes des clientes ordinaires.

Amy Schumer incarne Renée avec l’abattage qu’on lui connaît depuis "Crazy Amy" (Trainwreck). Sans complexe, l’actrice joue ici de son physique hors-norme hollywoodienne pour s’attaquer aux clichés, au politiquement correct, au bon goût. C’est avec jubilation qu’elle rentre dans le lard (maigre) des top-modèles anorexiques, qu’elle cogne sur la tyrannie des apparences. Elle ne ménage pas sa peine pour faire passer le message : ce n’est pas le maquillage qui va changer votre vie, c’est vous-même dès que vous aurez accepté d’être ce que vous êtes et de mettre votre énergie ailleurs que dans vouloir ressembler à une icône de produits cosmétiques.

Amy Schumer se livre à une démonstration en règle, un one woman show avec peu de cinéma, un plaidoyer composé de saynètes illustrées. C’est malheureux à dire, mais le scénario ne fait pas le poids.

Réalisation, scénario : Abby Kohn, Marc Silverstein. Avec Amy Schumer, Michelle Williams… 1h37.

© ipm