Cinéma Une nouvelle d'Iran vient assombrir l'ouverture du Festival de Venise. Après avoir été emprisonné deux mois dans son pays sans pouvoir participer au jury de la Palme d'or du dernier Festival de Cannes, le cinéaste iranien Jafar Panahi ne pourra pas non plus se rendre à la Mostra de Venise. Que lui reproche-t'-on? Selon le ministre iranien de la culture, le cinéaste préparait un film critique envers le régime portant sur les manifestations qui ont suivi la réélection d’Ahmadinejad en juin 2009. Libéré sous caution en mai dernier, Jafar Panahi devait venir présenter son nouveau court-métrage L'accordéon au Festival de Venise. Les autorités iraniennes ne lui ont cependant toujours pas restitué son passeport. Elles l'empêchent ainsi de quitter le pays.