Cinéma Ces deux stars japonaises reforment une famille pour la deuxième fois devant la caméra d’Hirokazu Kore-eda. En entretien, l’affection est réelle Entretien Alain Lorfèvre à Cannes

Vu d’Europe, on ne mesure pas toujours la célébrité de certains comédiens asiatiques, a fortiori lorsqu’ils sont à l’affiche de films labellisés "auteur". Kiki Kirin et Hiroshi Abe, mère et fils par deux fois devant la caméra d’Hirokazu Kore-eda (dans "Still Walking" et le présent "Après la tempête") sont de cette trempe, même si, lorsque nous les avons rencontrés durant le Festival de Cannes, l’année dernière, ils ont eu la simplicité des anonymes.