Cinéma

Le Malien Sotigui Kouyaté, 72 ans, a gagné l'Ours d'argent du meilleur acteur dans "London river" du Franco-Algérien Rachid Bouchareb, samedi soir à la Berlinale.

L'Autrichienne Birgit Minichmayr, 31 ans, a gagné l'Ours d'argent de la meilleure actrice pour son rôle dans "Tous les autres" de l'Allemande Maren Ade, samedi soir à la Berlinale. L'Iranien Asghar Farhadi, 36 ans, a gagné l'Ours d'argent du meilleur réalisateur avec son quatrième film "About Elly", samedi soir à la Berlinale.

La 59e Berlinale décerne samedi son Ours d'or au terme d'une compétition fade, émaillée de drames pas toujours convaincants, au sein de laquelle "London river" de Rachid Bouchareb, "The messenger" d'Oren Movermen et "Storm" de Hans-Christian Schmid sont favoris. Récompensé du prestigieux prix FIPRESCI de la critique internationale dès vendredi, le lyrique et délicat "La teta asustada", pourrait créer la surprise.

Signé par la jeune Péruvienne Claudia Llosa, 32 ans, il relate le traumatisme des femmes violées au Pérou, pendant les violences politiques des années 1980 et 1990, en exaltant la force d'une culture quechua longtemps méprisée. "Les paris sont plus ouverts que jamais", estime samedi Jan Schulz-Ojala, critique au quotidien berlinois Tagesspiegel.

"Aucun film n'émerge comme un vrai favori au sein de la poignée de candidats potentiels" à la récompense suprême décernée à l'un des 18 films en compétition au festival qui s'achève (5-15 février). "Les meilleurs films de cette 59e Berlinale traitent de la difficulté à survivre. C'est le grand thème de notre époque", estime le Berliner Zeitung. Le jury présidé par l'actrice écossaise Tilda Swinton remettra l'Ours d'or lors d'une cérémonie programmée à 18H30 GMT au Palais de la Berlinale.

A l'instar de l'an dernier, peu d'oeuvres en compétition à la Berlinale 2009 ont séduit, en dépit des nouveaux talents présentés par le directeur artistique du festival Dieter Kosslick. "L'un des devoirs d'un festival de films est de suivre les réalisateurs tout au long de leur carrière. Or, ils ne font pas que des chefs d'oeuvre", s'est justifié lors d'un entretien au Hollywood Reporter M. Kosslick, dont le mandat à Berlin a été prolongé jusqu'en 2013.

Parmi les favoris figure "London river", où le Franco-Algérien Rachid Bouchareb dresse les portraits croisés d'un homme et d'une femme de cultures différentes, chacun à la recherche d'un enfant disparu dans les attentats terroristes de juillet 2005 à Londres. Emouvants, les deux acteurs du film, la Britannique Brenda Blethyn et le Malien Sotigui Kouyaté peuvent prétendre à un prix d'interprétation.

Du côté des actrices, le jury a l'embarras du choix: Hilda Peter ("Katalin Varga"), Krystyna Janda ("Sweet rush") ou Magaly Solier ("La teta asustada") ont impressionné. La critique a aussi apprécié le duo formé par les Américains Woody Harrelson et Ben Foster, qui dans "The messenger" incarnent deux soldats chargés par l'armée américaine d'apprendre aux familles le décès d'un proche en Irak. Deux autres films, malgré des imperfections, ont séduit.

"Storm" où Hans-Christian Schmid met en scène la soif de justice d'une femme procureur, incarnée par Kerry Fox, au Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie de La Haye, a ému. Bien que trop long et bavard, "About Elly", un drame familial où l'Iranien Asghar Farhadi montre comment la jeune bourgeoisie de Téhéran s'acquitte du respect des convenances dans une société codifiée par l'islam, a été salué. D'autres films ont essuyé le feu des critiques, en particulier "Rage" de Sally Potter, "Mammoth" de Lukas Moodysson ou "Happy tears" de Mitchell Lichtenstein.

Après la cérémonie, le festival doit découvrir samedi soir "Eden à l'ouest" du Franco-Grec Costa Gavras - l'auteur de "Z", "L'aveu" ou "Missing", président du jury de la Berlinale 2008 -, présenté hors compétition.