Cinéma

Dans une petite ville de province mexicaine, Alejandra (Ruth Ramos) vit une petite vie tranquille avec son mari Angel et leurs deux enfants. Le couple n’est pas heureux. Angel va voir ailleurs (des hommes), tandis que la jeune femme fait la rencontre de la mystérieuse Verónica (Simone Bucio). Celle-ci partage avec elle son secret : au fond des bois, au sous-sol d’une cabane, se cache une créature dont la force d’attraction est irrésistible. Et dont les tentacules sont une source infinie de plaisir…

Avec "La región salvaje", Amat Escalante livre une étonnante réflexion sur le désir et la sexualité. Découvert avec "Sangre", avant de décrocher à Cannes le prix de la mise en scène pour l’ultra-violent "Heli", le jeune cinéaste mexicain change quelque peu de registre en flirtant cette fois avec le genre. Si son dernier film est toujours bien ancré dans la société mexicaine, Escalante fait en effet planer une aura de mystère en mettant en scène cette jeune fille attirant vers une cabane reculée dans les bois d’autres jeunes gens, à qui elle promet un plaisir monstrueux…

Sans atteindre la puissance radicale des films précédents d’Escalante, "La región salvaje" parvient à créer une atmosphère intrigante pour révéler les instincts les plus primaires qui nous gouvernent, dans un film partagé entre réalisme sordide et onirisme, entre image que l’on donne de soi et fantasmes inavouables… Reste que "La región salvaje" est un film difficile à appréhender, impossible à cerner. Plutôt que d’essayer à tout prix de le comprendre, mieux vaut donc se laisser porter par son incroyable sensualité et succomber à son charme vénéneux…


Réalisation : Amat Escalante. Scénario : Amat Escalante & Gibrán Portela. Photographie : Manuel Alberto Claro. Musique : Igor Figueroa & Fernando Heftye. Avec Simone Bucio, Ruth Ramon, Fernando Corona, Kenny Johnston… 1 h 44.