Cinéma

Ce mercredi, la première édition du Festival international du film de Bruxelles (Briff) s’ouvre avec "L’homme qui tua Don Quichotte" de Terry Gilliam. Trois compétitions, des séances spéciales, des invités de prestige (dont Claudia Cardinale), des masterclasses… Ce nouveau rendez-vous espère pouvoir enfin mettre Bruxelles sur la carte du cinéma mondial. Petite sélection des films à ne pas manquer d’ici la clôture, le samedi 30 juin.


"Les Valseuses"

50 ans après mai 68, le BRIFF a prévu un programme subversif de derrière les pavés. Parmi les cinq films retenus, il y a notamment "Les Valseuses" (1981) de Bertrand Blier, qui sera projeté le lundi 25 juin au Palace, à 20h30, avec le grand Gégé en personne sur place. 


Dogman

S’il y a un prix qui n’a souffert aucune contestation au festival de Cannes, cette année, c’est bien celui d’interprétation masculine décerné à Marcello Fonte pour son rôle dans "Dogman". Marcello Fonte sera d’ailleurs présent au Briff pour défendre le film de Matteo Garrone qui sera projeté en compétition internationale. D’une puissance dramatique inouïe, même les mouches sont tétanisées durant les 20 dernières minutes, le film est inspiré d’un fait divers auquel la mise en scène de Matteo Garrone injecte une dimension mythologique. Marcello Fonte incarne un petit homme malingre et sympathique, toiletteur pour chien, terrorisé par un voisin brutal et bestial. Matteo retrouve ici toute sa puissance de "Gomorra", sa montée de la tension jusqu’au climax est à couper le souffle.

Mardi 26 juin à 21h en présence de Marcello Fonte



Tully

Le cinéaste américain Jason Reitman retrouve sa fidèle scénariste Diablo Cody pour la troisième fois après "Juno" en 2007 et "Young Adult" en 2012. Et il est à nouveau question ici de maternité, à travers le portrait de Marlo, une mère au bout du rouleau après la naissance de son troisième enfant. Laquelle reprend pied grâce à Tully, une jeune baby-sitter de nuit que lui offre son frère pour l’aider à passer des nuits moins agitées. Outre un beau face-à-face entre Charlize Theron, qui paie beaucoup de sa personne, et Mackenzie Davis, "Tully" propose une réflexion mélancolique sur le temps qui passe et les idéaux de jeunesse auxquels la vie nous a fait renoncer. Car dans les yeux pétillants de Tully, dans son corps jeune et élancé, c’est en effet un peu elle-même que voit Marlo… Le film sort en salles le 11 juillet prochain.

Jeudi 28 juin à 19h30 au Vendôme


Plaire, aimer et courir vite

Présenté à Cannes en mai dernier, le dernier film de Christophe Honoré en est revenu bredouille. En s’inspirant de ces souvenirs de jeune étudiant à Rennes au début des années 1990, le cinéaste français quitte pourtant son cinéma poseur, fortement marqué par la Nouvelle Vague, pour livrer un film d’une honnêteté rare sur les années sida. Comme un contrepoint sentimental au choc militant de "120 battements par minutes" de Robin Campillo. Car sur le même fond historique et sociétal, Honoré s’attache, lui, à mettre en scène une histoire d’amour, entre un jeune étudiant et un romancier parisien atteint du sida. Et malgré le contexte tragique, grâce à deux acteurs épatants (Vincent Lacoste et Pierre Deladonchamps), "Plaire, aimer et courir vite" (en salle mercredi prochain) emporte par sa légèreté et sa profondeur.

Jeudi 21juin à 19h30 à l’UGC De Brouckère, en présence de Christophe Honoré


Grease

Créé en 71 à Broadway, portée à l’écran en 78, la comédie musicale "Grease" fêtera ses 40 ans au Briff en compagnie de son réalisateur Randal Kleiser. Une aubaine pour les amateurs de kitsch, de bluette pour teenagers et de duo culte: John Travolta et Olivia Newton-John, bien sûr. Il n’est pas trop tard mais il est temps pour les fans de répéter le tube "You’re the one I want" afin de reprendre les "ouh, ouh, ouh !" en chœur lors de la projo et à l’arrivée de Randal Kleiser, un spécialiste des suites dans les années 70-80-90. "Grease" était en somme la poursuite de l’exploitation du filon "Saturday Night Fever". Un autre de ses succès "Big Top Pee Wee" était le prolongement du "Pee Wee", premier long métrage de Tim Burton. On lui doit aussi "Chérie, j’ai agrandi le bébé" suite de "Honey, I shrunk the kid" avec Rick Moranis. Tout une époque.

Samedi 23 juin à 17h à Bozar, en présence de Randal Kleiser


La Mmeglio Gioventu (série)

Refusée par la RAI qui avait pourtant produit cette série de 6h, "La Meglio Gioventu" fut miraculeusement accueillie à Cannes où elle souleva un enthousiasme extraordinaire qui lui ouvrit les salles du cinéma du monde entier malgré sa longueur. En Belgique, plus de 200 000 spectateurs sont allés voir en 2003 cette fresque historique de Marco Tullio Giordana racontant la deuxième moitié du XXe siècle en Italie, suite parfaite et urbaine du "1900" de Bertolucci. Simultanément, il proposait un voyage en profondeur dans les fondements de la famille, cette expérience commune à tous les hommes. Incarné par un formidable ensemble d’acteurs, c’est l’occasion ou jamais de voir ce chef-d’œuvre intelligent, sensible, d’une puissance dramatique extraordinaire sur un grand écran.

A voir absolument.

Dimanche 24 juin de 11h à 18h30 à Bozar


Expérience: Nouvelles images

Il y aura un festival dans le festival : le BRIFF intègre à sa programmation celle d’Experience. Ce festival des réalités virtuelles explore depuis 2016 les mutations du cinéma immersif et en réalité augmentée. Après avoir été hébergé au cinéma Galeries, Experience proposera cette fois de découvrir ses pépites virtuelles à l’UGC De Brouckère et à Bozar (qui s’intéresse de plus en plus aux nouvelles images et à la création numérique). Au programme : The Unfinished de Balthazar Auxietre, chorégraphie interactive, The Sun Ladies , documentaire immersif de Christian Stephen et Celine Tricart sur les Yézidis ou The Real Thing de Benoît Felici, exploration à 360° au cœur des "fake cities", villes-attractions chinoises qui singent Paris, Londres ou Venise.

Du 21 au 24 juin. Les séances de 4 films se réservent par tranches de 1h. Infos : www.facebook.com/experiencebxl