Cinéma

Harvey Weinstein est sous le feu des critiques. Mickaël Chemloul le chauffeur cannois du producteur américain pendant six ans a témoigné au Nouvel Obs. Une interview qui noircit le portrait déjà bien sombre du producteur.

"Elles (Ndlr: Des filles) sortaient de l’hôtel en pleurs, quelquefois les chaussures à la main. J’en ai vu, pendant toutes ces années, et je n’ai pas parlé. Je n’avais pas de preuves, je n’étais pas dans la chambre. Je savais juste qu’il était violent avec tout le monde : il gueulait tout le temps, virait son personnel pour un rien, cassait les accoudoirs dans la voiture."

Il se souvient des nombreux rendez-vous que son employeur avait avec des filles à toute heure et notamment la nuit.

"C’était parfois à minuit ! Comment peut-on accepter un rendez-vous dans un bureau à minuit ! (...) Des actrices, des filles pas connues du cinéma, des gens qui voulaient réussir (...). Elles ce qu'elles voulaient, c'est réussir. Elles voulaient faire un casting car elles n'avaient pas de formation pour le cinéma."

Parmi elles, des escort girls. "Une fois, Harvey m’a dit d’aller récupérer une fille qu’il avait laissée dans une villa. Elle l’adorait, et avait espéré qu’il l’aiderait dans sa carrière. Il l’avait plantée là, après l’avoir consommée. Elle a compris qu’elle n’avait plus rien à attendre, elle pleurait et m’a demandé : 'Il est où mon billet retour ?' Il n’en avait même pas prévu ! J’ai dû appeler la Weinstein Company à New York pour qu’ils lui envoient un billet d’avion, je l’ai reconduite à l’aéroport de Marseille."