Cinéma

S’il y existait un Oscar de la meilleure moustache, il irait sans aucun doute possible à Kenneth Branagh. On ne voit qu’elle à l’écran ! Car le Britannique ne se contente pas d’adapter "Le crime de l’Orient-Express" d’Agatha Christie, il y incarne également son héros, campant avec un accent français improbable le plus célèbre des détectives belges.

Après avoir résolu une affaire délicate à Jérusalem (qui remplace l’Alep du roman), Poirot prend le vapeur pour aller se reposer quelques jours à Istanbul. Mais à peine arrivé, il est contacté par le consulat britannique, qui le mande à Londres en urgence. Heureusement, il tombe sur son ami M. Bouc (Tom Bateman), directeur de l’Orient-Express, qui lui offre une cabine dans le prochain train. Trois jours de luxe, calme et volupté, se dit Poirot. Que nenni ! Dans la nuit, M. Ratchett (Johnny Depp, plutôt bon pour une fois), homme d’affaires américain louche, est sauvagement assassiné, tandis que le train est immobilisé par une avalanche quelque part au fin fond de la campagne tchèque glacée. Voilà le génie de la déduction obligé d’écourter son repos pour débusquer le coupable…

Kenneth Branagh propose une adaptation très fidèle du roman d’Agatha Christie, renouant avec le côté ludique de la reine du polar. Son film se laisse donc regarder sans déplaisir. D’autant que Branagh s’est payé un casting de choix pour incarner les douze suspects : Judi Dench, Willem Dafoe, Michelle Pfeiffer, Penélope Cruz… Chacun campe consciencieusement son personnage pour, en quelques minutes à l’écran, lui donner suffisamment d’épaisseur. Tandis que la reconstitution historique sent bon le savoir-faire britannique. Rien à dire. C’est propre. Chaque verre, chaque assiette, chaque siège semblent appartenir à une authentique voiture de la Compagnie des Wagons-lits.

Mais ce qui fait la force de ce grand divertissement fait aussi sa faiblesse. Se reposant sur ce bel emballage, Branagh opte pour une mise en scène assez nonchalante, tandis que l’humour se fait parfois un peu trop appuyé. La résolution du crime semble presque reléguée au second plan tant le suspense est absent. Un comble quand on s’attaque à l’adaptation de la papesse du suspense !

Rien d’indigne ceci dit. Si le succès est au rendez-vous, Branagh devrait d’ailleurs s’attaquer à "Mort sur le Nil". A la fin du film, Poirot est en effet prêt à s’envoler pour Le Caire…


© IPM
Réalisation : Kenneth Branagh. Scénario : Michael Green (d’après le roman d’Agatha Christie). Photographie : Haris Zambarloukos. Musique : Patrick Doyle. Avec Kenneth Branagh, Pénélope Cruz, Willem Dafoe, Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Judi Dench… 1 h 54.