Le Festival du dessin animé et du film d'animation fête ses 20 ans

ALAIN LORFÈVRE Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Vingt ans déjà! Le Festival du dessin animé et du film d'animation 2001 sera celui d'un anniversaire réjouissant. Toujours bon pied, bon oeil, toujours aussi proche du public -sa raison d'être, sa fierté- le «Festival», imperturbable, se permettra cette année un (petit) coup d'oeil rétrospectif concocté par la toujours dynamique équipe de l'asbl Folioscope animée par le tandem Doris Cleven-Philippe Moins.

SOUVENIRS

C'est qu'il en a coulé de la gouache et de l'encre sur les cellos depuis 1981. Le film d'animation vivotait alors péniblement. Depuis, le programme Media de l'Union européenne a donné une vigueur nouvelle à l'industrie communautaire, les auteurs ont retrouvé quelque espace d'expression, les studios américains concurrencent l'impérial Disney et les nouvelles technologies bouleversent le métier.

A l'aune de ce dynamisme retrouvé, la fête s'annonce riche et joyeuse. SI riche qu'on ne peut prétendre ici qu'en résumer les temps forts puisqu'y seront projetés plus de 100 films sélectionnés (sur près de 600 proposés à la sélection!) représentant 19 pays dans la sélection officielle. Parmi les longs métrages en avant-première, on retiendra pour l'ouverture la nouvelle production Disney, «Kuzco, l'empereur mégalo», et pour la clôture «Mes voisins les Yamada» de Isao Takahata, sorti des épatants studios Ghibli («Princesse Mononoke»). A noter aussi «Optimus Mundus», une coproduction internationale signée par 400 animateurs de 21 pays à l'occasion des 850 ans de Moscou. Les après-midi seront dévolues aux séances familiales. L'occasion de revoir quelques succès - «Dinosaur», «Eldorado», «Chicken Run» - à côté d'inédits («L'Hôtel des chiens», «Un anniversaire de souris») et d'une avant-avant-première: «La Belle et le clochard2» !

RÉTROSPECTIVES ET CONFÉRENCES

Les courts métrages, c'est l'âme du festival. Six programmes au total dont la Nuit animée - on ne la présente plus - et un coup de projo sur l'animation belge). Avec, là aussi, une rétrospective: Best Tof ou la crème de l'animation noire, jaune, rouge. En prime trois séances exceptionnelles «Spécial 20 ans», qui permettront de mesurer l'évolution des deux dernières décennies. Les Antipodes seront à l'honneur: hommage au réalisateur néo-zélandais Len Lye, un adepte du grattage de pellicule, et deux sélections de productions australiennes.

A ne pas manquer, la rétrospective consacrée au cinéma Nova aux courts métrages de George Pal, réalisateur hongrois émigré connu pour ses films hollywoodiens à effets spéciaux («La machine à explorer le temps», «La guerre des mondes»), permettra de découvrir ses merveilleux films de marionnettes réalisés dans les années 30.

Le Nova accueillera également les journées professionnelles «Anima 2001» : rencontre avec des animateurs belges émigrés à l'étranger; réflexion -une fois n'est pas coutume- sur l'apport essentiel du son et de la musique dans les films d'animation; table ronde sur les jeux interactifs en ligne; débat sur l'écriture et les droits d'auteurs.

En marge des visions, le public pourra enfin découvrir la très belle exposition consacrée au studio d'animation français Folimage, présentée l'année dernière au festival d'Annecy et qui a fait l'objet d'un livre remarquable, «L'équipée de Folimage».

© La Libre Belgique 2001

ALAIN LORFÈVRE

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM