Cinéma

Lyrique, baroque, échevelé, on peut toujours chercher le bon qualificatif, mais on ne le trouvera pas. Pas question de se contenter de la mention "culte", le film est unique. D'ailleurs, c'est bien plus qu'un film, c'est une plongée, une expérience, une transe, une farce, un rêve, de la poésie hyperréaliste selon l'expression paradoxale d'un de ses amis dans les bonus. S'il ne faut voir qu'un film de Kusturica, c'est "Le temps de gitans". Et aussi "Underground". De l'histoire de Perhan, le jeune tzigane de Skopje, et de sa grand-mère, on sort comme si on avait passé deux heures dans le tambour d'une machine à laver, complètement retourné par le réalisme, le burlesque, le fantastique, la poésie, la folie. Pourtant, "Le temps des gitans" est un film plein de grâce, laquelle apparaît là où on ne l'attendait pas, au coeur de l'exubérance. Kusturica est au sommet de son art, du 7e art, sublimé par son compositeur Goran Bregovic. Ce chef-d'oeuvre méritait une édition collector. Soit près de deux heures de bonus pour plonger profondément dans l'oeuvre. Ainsi, un spécialiste expose le rapport de la communau- té tzigane à la musique et celui de l'image de Kusturica à la partition de Bregovic. On trouve ainsi un reportage sur Kustuland, la ville crée par le réalisateur lors du tournage de "La vie est un miracle". (F.Ds) (Cinéart)