Cinéma

Signe incontestable de sa montée en puissance, le cinéma Vendôme accueille la troisième édition d'Afrique taille XL, festival des cinémas africains qui ouvre largement ses écrans ce mercredi. Ainsi la manifestation renforce-t-elle son ancrage au coeur du plus africain des quartiers bruxellois, Matonge. Le théâtre Molière n'est toutefois pas oublié, qui continuera à accueillir les rencontres entre cinéastes et spectateurs ainsi que les discussions prolongées autour d'un verre de bissap.

En six jours et une cinquantaine de films, il y aura en effet matière à gloser autour de l'essor du 7e art africain. Car on l'oublie parfois, mais l'Afrique, aussi, a fêté les 50 ans de son cinéma. Un art qui se développe souvent à l'ombre des productions d'Europe, des Etats-Unis ou d'Asie mais qui de temps à autre a eu les honneurs des plus grands rendez-vous cinématographiques internationaux. Parmi les productions les plus récentes, citons "Bamako", " Daratt" ou "Indigènes". Trois films qui démontrent le vaste éventail de la création africaine et l'intérêt d'un public avide d'histoires et de (re) connaissance. Ces exemples ne sont pas uniques, ce que vient judicieusement rappeler "Afrique taille XL" en égrenant ses perles d'ébène jusqu'à dimanche.

Dans sa section "AfriCannes", le festival remet ainsi en lumière six films précédemment sélectionnés à Cannes : "Bab El oued City" de Merzak Allouache, "Bezness" de Nouri Bouzid, "La saison des hommes" de Moufida Tlatli, "Le Destin" de Chahine, "Mille mois" de Faouzi Bensaïd et "Rachida" de Yamina Bachir-Chouikh. Six pans de la création africaine en langue arabe.

Mais un festival doit avant tout faire place aux expressions émergentes. C'est le cas de la production documentaire qui, comme partout ailleurs, prend une place croissante en Afrique. Une case quotidienne (" Goûter au réel") lui est consacrée à 18h au Théâtre Molière ainsi qu'une grande partie de la journée de samedi. Autre temps fort de cette troisième édition, la journée de jeudi consacrée aux récentes élections en République démocratique du Congo. Une "épopée" moderne évoquée au travers du travail de quatre documentaristes belges et congolais : "Congo Na Biso" de Chick de Liedekerke et Yannick Muller, "First election" de Sarah Vanagt, "Mamans Congo" d'Olivier Malvoisin et "L'avenir dure longtemps : regard sur la presse congolaise" d'Erik Nyindu. Début à 17h, séance suivie d'un débat en présence de Bob Kamba, chargé de cours en géopolitique de l'Afrique subsaharienne à l'ULG.

La création africaine traite de thèmes en phase avec l'actualité du continent (­ sida, conflits ethniques, mondialisation) ­ mais aussi d'autres plus anciens tels le déracinement ou la quête d'identité africaine. Une diversité qui se donnera à voir en version condensée lors des séances courts-métrages des samedi et dimanche après-midi. Enfin, l'Afrique s'adressera autant aux yeux qu'aux oreilles puisque deux concerts gratuits seront proposés les jeudi 19 (21h) et samedi 21 avril (23h).

Programme : Web www.afriquetaillexl.com;

Infos : 02.652.35.66