Cinéma Mercredi, l’actrice est à l’affiche de "Jusqu’à la garde", un premier film choc.

Visage blême, mâchoires serrées, regard fixe… Léa Drucker impressionne dès la scène d’ouverture de "Jusqu’à la garde", qui sort ce mercredi au cinéma (*). On est dans le bureau d’une juge, qui doit statuer sur la garde du jeune fils d’un couple divorcé. Accusant son mari (impressionnant Denis Menochet) de violences conjugales, la femme exige la garde exclusive, il obtient finalement la garde partagée. Le début d’un long calvaire filmé comme un film d’horreur par Xavier Legrand.