Cinéma Plongée au cœur de la précarité américaine dans un western inversé.

A15 ans, Charley Thompson (Charlie Plummer) vit des rapports difficiles avec son père, plus immature que lui et avec qui il vit dans un quartier pauvre de Portland, Oregon. Un jour d’été, son jogging l’emmène du côté d’un vieux champ de courses, où il tombe sur Del (Steve Buscemi), qui l’engage pour l’aider à trimbaler ses chevaux dans les courses hippiques les plus minables de la région, en compagnie de Bonnie (Chloé Sévigny), une jokey de seconde zone. Dopant les chevaux, ils se font quelques poignées de dollars. Rapidement, Charlie se prend d’affection pour Lean on Pete, un cheval promis à l’équarrissage. Ce que le gamin ne peut supporter. Il prend donc la route avec lui…

Après avoir ausculté avec minutie un couple âgé en crise dans "45 Years" (avec Charlotte Rampling et Tom Courtenay), Andrew Haigh dresse ici le portrait d’une adolescence douloureuse au fin fond de l’Amérique profonde.

Avec ce récit à la Dickens - tant le sort s’acharne sur ce pauvre garçon -, le jeune cinéaste anglais s’offre un western. On y retrouve les chevaux, les cow-boys, les grands espaces… Pour autant, le mythe est ici perverti par l’absence totale de sentiment de liberté. Tandis qu’au lieu de progresser vers l’Ouest, le jeune héros met le cap vers l’Est, vers le Wyoming…

Porté par un jeune acteur bourré de talent, Charlie Plummer - vu à la télévision pour HBO mais aussi, tout récemment, dans "Tout l’argent du monde" de Ridley Scott -, "Lean on Pete" est un film qui choisit volontairement les chemins de traverse, qui ne se contente pas du récit simpliste sur un ado et son cheval que l’on pourrait redouter de prime abord, pour nous plonger dans une réalité crue.

L’Amérique que filme l’Européen Andrew Haigh à travers ce road-movie à pied est en effet une Amérique que l’on ne voit que trop rarement à l’écran. Celle de la misère sociale, des SDF, des soupes populaires. Une Amérique des déclassés, où l’entraide est souvent de mise mais aussi la violence, la cruauté. Une Amérique de laissés-pour-compte qui, depuis bien longtemps, n’a plus le cœur à croire au rêve américain… Une Amérique qui demande simplement à être regardée avec un peu de chaleur humaine, au lieu d’être marginalisée au nom de la liberté individuelle, malheureusement trop souvent synonyme du chacun pour soi… Et qui, comme seule oreille, n’a malheureusement eu que celle de Donald Trump durant la campagne présidentielle de 2016…

Scénario et réalisation : Andrew Haigh (d’après le roman de Willy Vlautin). Photographie : Magnus Joenck. Musique : James Edward Barker. Montage : Jonathan Alberts. Avec Charlie Plummer, Travis Fimmel, Chloë Sevigny, Steve Buscemi, Thomas Mann, Steve Zahn… 2 h 01.

© ipm