Cinéma Lors de son dernier passage à Cannes, en 2010, le cinéaste coréen Lee Chang-dong s’en était retourné avec un prix du scénario pour "Poetry". Un chef-d’œuvre. Cette année, "Burning" a enflammé (facile mais justifié) la Croisette, obtenant la plus haute moyenne jamais atteinte au tableau de la critique : 3,8 sur 4. Tout le monde l’attendait donc très haut dans le palmarès, certains le voyaient même avec la Palme. Et pourtant, il est reparti à Séoul carrément bredouille, si ce n’est le prix de la critique internationale.(...)