Cinéma L’agence tous risques en animation sur une île tropicale, chez les neuneus

L’animation est capable du meilleur, souvenez-vous de "Ma vie de Courgette", l’an dernier. Un sujet compliqué - des gamins abîmés en foyer d’accueil -, traité avec audace visuelle et humanité poétique, un chef-d’œuvre d’émotion résiliente.

L’animation est capable du moyen, du purement commercial. C’est pas toujours moche et méchant mais c’est ciblé comme "Cars".

L’animation est aussi capable du pire comme ces "As de la jungle". Déjà, il n’y a pas d’idée, si ce n’est celle de piquer dans tous les râteliers, particulièrement dans les productions de Katzenberg genre "Kung-fu panda" et "Madagascar" mais aussi dans la grande ménagerie des supers héros.

Les "As de la jungle" c’est "l’agence tous risques" sur une île vaguement tropicale. Soit un gorille neuneu, un pingouin qui se prend pour un tigre et d’autres gentils justiciers qui se battent contre le méchant koala Igor et ses babouins. Ça se bat même beaucoup. C’est un film pour les petits, comme on dit, et ils aiment cela aime la baston, la fight. Quand ils seront grands, ils iront voir "Fast and furious 19" et "Transformers 13".

S’il n’y a pas d’idée originale, il existe tout de même une double consigne : être infantilisant et tape-à-l’œil. Sur ce point, l’intransigeance du réalisateur David Alaux a payé, le résultat est gnangnan et laid.

On a une pensée pour les pauvres parents, ou grands-parents, qui vont se taper cela un jour de pluie. Il existe pourtant un moyen de ne pas gâcher l’après-midi : "Le grand méchant renard" est toujours à l’affiche.


© IPM
Réalisation David Alaux. Avec les voix de Philippe Bozo, Laurent Morteau, Pascal Casanova… 1h37