Les caprices de Brice

Fernand Denis Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Musset et Brice de Nice. Voila une association qui a de quoi faire fuir ceux qui apprécient l'un... s'ils ont déjà entendu parler de l'autre.

On parie que non? Qui a dit «on parie»? Est-ce un producteur, le réalisateur, un scénariste?

Mais après tout, voilà bien un mariage de la culture noble et de celle de la rue. Un mariage d'affaires, entre un Musset, aristocrate du langage, chassé du paysage par la révolution télévisuelle dont Jean Dujardin est un petit soldat, héros de la bataille de l'audimat. Mais quand on a servi la soupe à la populace tous les soirs, on rêve aussi d'un peu de prestige, de reconnaissance, de considération. Et là, pas de secret, il faut faire la lèche à ceux qui ne sont pas populaires mais qui ont de l'éducation, un nom, la classe.

Un bon plan finalement que ce joint-venture entre Musset et de Brice. Un bon plan perso, Musset gagne des parts de marché côté public et Brice passe un peu moins pour un demeuré. Un bon plan média, coco! Un bon plan cinéma, aussi? C'est moins sûr. On parie? Mais qui a dit «on parie»?

PRÊT-À-PORTER

Rappel de l'intrigue. Van Buck (Jugnot) un riche commerçant entend marier son neveu dépravé à la fille d'une baronne désargentée afin de pouvoir ajouter une particule à l'enseigne de son magasin de prêt-à-porter. Et à l'époque, elles avaient vraiment beaucoup à porter.

Pour éviter cela, le neveu parie que la promise n'est pas nickel, d'ailleurs, il la ni... séduira avant de lui être présentée officiellement. Pari tenu cochon qui s'en dédit.

Après tout, le neveu c'est un gars et la baronnette, c'est une fille. Donc, c'est comme à la télé, Musset s'intéresse à un gars et une fille. Ce qui change, ce sont les robes, les coiffures et aussi la langue. Alors, on l'a changée un peu aussi. Et le texte avec. Mais pas tout. Car elle déchire la langue de Musset, elle est drôle, pleine d'esprit. C'est même la classe ce Musset, comme la baronnette, d'ailleurs, Mélanie Doutey. D'ailleurs Brice arrête ses grimaces, arrête de faire l'andouille. Hé, on ne badine pas avec l'amour. Cassé Dujardin!

Cassé les sceptiques? Bon, cette adaptation promettait le pire. On pensait que c'était de la télé pour le cinéma, un truc prime time pour vider la tête. Or, on en sort plein de bons mots. Comme quoi il ne faut jurer de rien. C'est Eric Civanyan qui le dit aussi.

© La Libre Belgique 2005

Fernand Denis

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Vidéo
    "MILF": la femme est l'égale de l'homme, mais doit-elle pousser l'égalité jusqu'à être aussi... conne?

    Les hommes mûrs ont le droit de s’amuser avec des petites jeunettes. Pourquoi les femmes de 40 ans ne pourraient pas en faire autant avec une bande de jeunes mecs, le temps de quelques semaines de vacances en bord de mer dans le sud de la France ? ...

  2. 2
    Golshifteh Farahani, en compétition pour "Les filles du soleil': "Je vaux au moins dix chameaux"

    Quand une comédienne raconte son pays, l’Iran, et la beauté amère de l’exil. Musicienne, Golshifteh Farahani arrive par hasard dans le cinéma à l’âge de 14 ans. Elle multiplie les films, accumule les prix, devient rapidement une star dont la ...

  3. 3
    Vidéo
    "Je n'ai jamais tué personne mais si ça doit arriver, je tuerai un journaliste"

    Lars von Trier est de retour au Festival de Cannes et comme à son habitude, le cinéaste danois n'a pa pu garder sa langue dans sa poche. Lars von Trier a encore frappé à Cannes avec le film "The House That Jack Built": une plongée de plus ...

  4. 4
    Vidéo
    "Couteau + cœur" : voici la daube du festival de Cannes

    Bêtise du scénario, médiocrité de la mise en scène, jeu outré des acteurs.

    Est-ce une blague ? Une daube balancée par Thierry Frémaux pour détendre les critiques au taquet depuis dix jours ? Est-ce enfin le scandale ? On sait que ...

  5. 5
    Vidéo
    Le Belge Victor Polster remporte le prix d'interprétation dans la section "Un Certain Regard" à Cannes : "Je suis sous le choc"

    Victor Polster, l'acteur schaerbeekois de 16 ans qui incarne une danseuse née garçon dans Girl, décroche le prix d'interprétation à Un certain regard. Pour son tout premier film ! Nous l'avons interviewé quelques instants après l'annonce de sa ...

cover-ci

Cover-PM