Cinéma Les chiffres d’entrées dans les salles belges ont baissé durant la dernière décennie.

Ce n’est pas un hasard si tant de fans de "Star Wars" débarquent dans les salles de cinéma avec tout l’équipement du parfait Jedi ou d’un Stormtrooper. Sans sabre laser ou pistolet du Premier Ordre, pas facile de fendre la foule et d’assister à la projection des "Derniers Jedi". Pour le plus grand bonheur des propriétaires des lieux, c’est la cohue dans tous les multiplexes. Pas de doute, l’Episode VIII est en train de sauver 2017 en Belgique.

Après une année 2016 catastrophique (19,4 millions d’entrées dans notre petit pays, le pire score du XXIe siècle), les résultats devraient donc être (un peu) meilleurs pour le cru qui s’achève. Les chiffres définitifs ne sont pas encore tombés (et pour cause), mais sur base du Top 10 arrêté au 17 décembre, une amélioration paraît plus que probable. L’an dernier, les 10 films les plus populaires avaient rapporté 45,3 millions $ dans nos cinémas. Cette année, le total n’est que de 42,3 millions, mais on ne comptabilise qu’une seule semaine de "Star Wars" ! Or, pour son démarrage, "Les derniers Jedi" a rapporté 2,579 millions $. Moins que "Le retour de la Force" (3,5 millions $ d’entrée de jeu et 11 millions en tout), mais c’est énorme quand même. En extrapolant, l’Episode VIII devrait encore faire rentrer au moins 6 millions $ dans les caisses. De quoi largement dépasser les résultats de 2016, mais pas ceux des autres éditions depuis 2000.

2011 année faste

Au cours de la décennie écoulée, les dix longs-métrages les plus rentables chez nous ont rapporté entre 50 millions $ (en 2014) et 76 millions $ (en 2011 : merci Harry Potter). 2016 avait connu une forte chute (45,3 millions $) et 2017 devrait éprouver les pires difficultés à atteindre la barre symbolique des 50 millions $.

En clair, les locomotives de la pellicule, à savoir les blockbusters, arrivent de moins en moins à faire sortir de son fauteuil. Si, en 1960, le Belge allait 8,67 fois au cinéma par an, contre 2,29 fois en l’an 2000, désormais, il se contente de 1,8 projection tous les douze mois.

La tendance à la baisse est donc nette. Sans miner le moral du petit monde du 7e art. Avec 20 millions de spectateurs, le cinéma reste largement la sortie préférée des Belges (à titre de comparaison, le football, en division 1, n’en attire que 2,8 millions…). Et même si cela peut surprendre, c’est toujours bien plus que dans les années 80 ans ou 90 (entre 17 et 19 millions de cinéphiles), malgré la concurrence d’Internet ou de Netflix. Comme quoi, tout est toujours relatif.

 


8,82 €, un ticket moyen

Selon une étude internationale réalisée par World Atlas, le prix moyen d’une place de cinéma s’élève à 8,82 € en Belgique (somme qui chute à 6,58 € seulement pour la seule Wallonie).

Cela nous place en 19e position des salles les plus chères au monde, très loin derrière les 16,60 € la place au Bahrein, les 10,20 € réclamés aux Pays-Bas et en Allemagne, ou les 9,20 € du ticket moyen chez nos voisins luxembourgeois.

Par contre, cela nous situe au-dessus de la France (8,14 € de moyenne) et, plus surprenant, des Etats-Unis, dont les places de cinéma ont pourtant atteint un nouveau record avec 7,72 €.

En matière de coûts, nos productions sont imbattables. Estampillées noir-jaune-rouge, elles atteignent en moyenne les 2,5 millions d’euros. Alors qu’elles grimpent à 5,57 millions d’euros en France. Et explosent aux USA, pour atteindre le prix moyen de 28,5 millions d’euros.

Des différences qui se retrouvent aussi au box-office. Un seul film belge figure dans le Top 100 de 2017… en Belgique : "Le fils de Bigfoot", le dessin animé de Ben Stassen, qui se classe 16e avec 1,9 million de dollars de recettes.