Cinéma

 Alors que se profile la quatrième cérémonie des Magritte (le 1er février, en clair sur Be TV) et que certains esprits chagrins se demandent toujours s’il y a matière à fêter le cinéma belge, le dossier du Figaro sur les valeurs montantes du 7e art francophone tombe à point nommé.

Aux côtés de Pierre Niney, Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon, Reda Kateb ou Kev Adams, parmi les 20 grandes promesses "qui vont durer", figurent deux de nos compatriotes : Pauline Étienne et Matthias Schoenaerts. Deux choix parfaitement logiques, tant l’un et l’autre ont déjà largement dépassé le stade des espoirs, écrivent nos confrères de La Dernière Heure.

Pauline est Amélie

Depuis La religieuse, Pauline Étienne fait partie des jeunes comédiennes les plus demandées en France. Elle y crevait l’écran face à Isabelle Huppert et Louise Bourgoin, une référence à 24 ans seulement. Selon Le Figaro, "sa beauté un peu androgyne lui donne une touche singulière" qui plaît manifestement beaucoup. La preuve : elle va se retrouver à l’affiche de 2 automnes 3 hivers de Sébastien Betbeder, Édende Mia Hansen-Love et surtout de Tokyo fiancée, l’adaptation par Stefan Liberski du roman d’Amélie Nothomb Ni d’Ève ni d’Adam, dans lequel elle incarnera la romancière.

À l’assaut d’Hollywood

Un peu plus âgé (36 ans), Matthias Schoenaerts (Rundskop, De rouille et d’os, Blood ties) est, pour sa part, en train de conquérir Hollywood. En 2014, il y retrouvera Michael R. Roskam dans Animal Rescue et Erik Van Looy dans The loft, avant de donner la réplique à Kate Winslet dans A little chaos, Michelle Williams dans Suite française et Carey Mulligan dans Far from the madding crowd. Et l’Anversois parfait trilingue est pressenti pour tenir le haut de l’affiche aux côtés de Robert De Niro et Christoph Waltz dansCandy store en 2015.

C’est sûr, le talent cinématographique belge s’exporte bien.