Cinéma

De `Monster's Ball´ au prochain James Bond. Y aurait-il une forme de grand écart? Oui et non, à en croire Halle Berry. `Passer de l'un à l'autre me plaît énormément. L'un, ancré dans la réalité, l'autre qui n'est que pure fantaisie, à savoir Bond, avec ses gadgets, ses voitures, ses aventures autour du monde. Sur ce film, j'aurai l'occasion de m'amuser, et à quoi bon faire un travail si on n'y prend pas quelque plaisir?´ Soit. La démarche n'est cependant pas aussi gratuite qu'elle n'en a l'air: `Bond, c'est quelque chose de spécial, une franchise de 40 ans. Y être associée pour son quarantième anniversaire est phénoménal. Surtout comme femme de couleur. Je suis très fière d'accomplir tous ces petits pas pour que les femmes de couleur aient leur place dans les films grand public. Cela présente autant de valeur à mes yeux que Monster's Ball...´

Sa récente nomination aux oscars, Halle Berry ne l'envisage d'ailleurs pas sous un angle différent: `Une noire n'a jamais remporté l'oscar de la meilleure actrice de toute l'histoire, alors, à mesure que le grand jour approche... L'obtenir ne serait pas significatif que pour moi, mais pour toute une communauté. Mais je suis aussi quelqu'un de réaliste: jamais je n'aurais pensé que mon nom serait synonyme d'oscar. Donc, si rien ne se produit...´

Militante, non. Engagée, certainement, telle semble se profiler Halle Berry. Son plus grand bonheur de comédienne? Avoir interprété, pour la chaîne de télévision HBO, Dorothy Dandridge, chanteuse et actrice noire - elle fut nommée à l'oscar de la meilleure actrice pour `Carmen Jones´ d'Otto Preminger - au destin tragique qui, pendant toute sa carrière, sera en butte au racisme de Hollywood. `Ce rôle-là, je désirais le jouer à tout prix. Dorothy Dandridge a représenté ma passion et mon amour pendant des années, rien ne l'a remplacée à ce jour. Mon rêve désormais, c'est de trouver de grands rôles de femmes, peu importe ce qu'elles sont. Et, en tant que femme noire, Bond en fait partie...´ (J.-F. Pl.)

© La Libre Belgique 2002