Les vacances de Mister Bean

F.Ds Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Si une seule bonne scène suffit à votre bonheur, alors, il faut partir en vacances avec Mr. Bean et attendre patiemment la fin du film lorsque notre englishman bien connu sort du palais du Festival de Cannes en empruntant un escalier inattendu, clin d'oeil burlesque aux célèbres marches. Ah!, c'est un beau moment, fluide, ingénieux, drôle, poétique, comme on rêverait d'en voir davantage dans ce film qui tente de tirer quelques kopecks de plus de cette gloire du petit écran.

Des kopecks, car notre Mr. Bean, ayant gagné un séjour à Cannes à la tombola paroissiale, se retrouve avec un gamin russe sur les bras. Pourtant, cette traversée de la France se révèle assez peu animée. En effet, ce ne sont pas les carnets du major Thompson, Rowan Atkinson fait ce qu'on lui demande, son numéro de Bean, qu'il connaît évidemment parfaitement, mais n'offre pas un regard british et singulier sur les frenchies.

S'accrochant à un vague prétexte dramatique, Rowan Atkinson enfile les numéros, certains excellents lorsqu'il s'adonne au spectacle de rue sur un marché, et d'autres franchement usés.

Loin de M. Hulot

Après Mr. Bean aux Etats-Unis, voici donc, dix ans plus tard, Mr. Bean en France. Manifestement, on a tiré les leçons de la première expérience en privant à nouveau Bean de la parole, limitant sa voix caverneuse à "yes", "no" et "gracias". La comédie se veut aussi plus légère, moins scatologique, tout en égratignant toujours un peu le monde culturel.

Après celui des arts plastiques, c'est au tour du cinéma d'auteur, style Vincent Gallo (courageusement incarné par Willem Dafoe). On lui a adjoint un personnage féminin, Emma de Caunes, savoureux visage de la comédienne française type.

"Les vacances de Mr. Bean" sont toutefois aussi enrichissantes que celles de M. Hulot. Pourtant, même mutisme du personnage, mêmes scènes de gare ou de plage, autant de points cruels de comparaison. Ici, juste une petite comédie familiale entre sympathique et pathétique, tant le personnage Mr. Bean est usé jusqu'à en perdre sa méchanceté.

F.Ds

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM