Cinéma

Je suis comme vous", déclare Simon en guise d’introduction. "J’ai reçu une voiture pour mes 18 ans, je vis dans une grosse villa d’un quartier résidentiel, ma petite sœur prépare le petit dej’, mais je préfère celui du drive-in".

Désolé, c’est pas vraiment comme nous, mais on a pressenti ce que Simon voulait dire. Il se sent pareil à tous les ados américains de la classe très aisée et il se sent différent, car il est gay et cela personne ne le sait. Comment le dire à ses amies, ses potes, ses parents ?

Internet et les réseaux sociaux ont désormais réponse à tout. Quand un élève de son école révèle son homosexualité tout en restant dissimulé sous le pseudo Blue, Simon lui répond sous le pseudo Jacques. Un dialogue s’engage autour de leur expérience commune d’un secret impossible à partager. Un Cluedo démarre simultanément car Jacques essaie d’identifier Blue au moyen des maigres indices de leurs mails. Et s’égare en fausses pistes. Un chantage va bientôt suivre car un troisième larron a intercepté les courriels et a décidé de faire chanter Simon.


"Love Simon" est un teen movie américain classique avec ses scènes imposées : la méga teuf dans la villa des parents partis en week-end, le match de foot américain avec ses pom-pom girls mais pas le fameux prom, le bal de fin d’année. Dans ce cadre traditionnel, Greg Berlanti développe un vrai sujet : le coming out.

A l’évidence, le film est utilisé comme médium pour aider les adolescents à vivre ce moment complexe, leur éviter certaines erreurs, les encourager à maîtriser le timing de leur coming out, les rassurer sur le fait que leur orientation sexuelle ne changera rien à l’amour de leurs parents, à la qualité du lien avec leurs vrais amis. Toutes les bonnes intentions sont soulignées par la musique et on ne craint pas de forcer sur les sentiments pour faire passer le message car c’est clairement le but recherché. Cinématographiquement, on est a des années lumière de "Call me by your name".

Réalisation : Greg Berlanti. Avec Nick Robinson, Katherine Langford, Jennifer Garner, Alexandra Shipp… 1h50.

© IPM