Cinéma

Le réalisateur portugais Manoel de Oliveira qui fête ses 100 ans cette année a été honoré de sa première Palme d'Or lundi au Festival de Cannes, en hommage à sa carrière, en présence des membres du jury et de l'acteur-réalisateur américain Clint Eastwood. Il l'a reçue sur la scène de la salle Lumière des mains de Michel Piccoli, l'un de ses acteurs fétiches.

"Je suis très touché par cette Palme d'Or que j'ai finalement reçue", a déclaré avec malice le Portugais, déclenchant des rires dans la salle. "J'apprécie énormément de la recevoir de cette façon-là car je n'aime pas trop la compétition contre mes collègues. C'est la meilleure façon de recevoir un prix", a-t-il ajouté avec émotion. Né le 12 décembre 1908 à Porto, Oliveira qui se présente comme le dernier survivant du "beau vieux temps du cinéma muet", a réalisé l'essentiel de son oeuvre passée la soixantaine et ne s'est fait connaître du grand public qu'après ses 80 ans. Il avait obtenu le Prix du Jury en 1999 pour "La lettre" et celui de la Critique internationale en 1997 pour "Voyage au début du monde".

Le réalisateur a été longuement applaudi à son entrée dans la salle après avoir monté les marches, tout comme le réalisateur américain Clint Eastwood. Le jury du 61e festival présidé par Sean Penn était aussi présent, ainsi que le président portugais de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et la ministre française de la Culture, Christine Albanel, qui ont tous deux essuyé quelques sifflets.

L'hommage a débuté par la projection d'un court film de Gilles Jacob, "Une journée dans la vie de Manoel de Oliveira". Le président du Festival a ensuite salué "le diapason des amoureux du cinéma d'auteur", assurant qu'il obtenait sa Palme d'Or "non pas à l'ancienneté, mais à l'estime". "Nous voici dans ma centième année, dont 78 consacrées à cette passion qui nous unit tous ici: le cinéma", a déclaré Manoel de Oliveira.

"J'ai grandi au long d'un siècle avec le cinéma et aujourd'hui je sais que c'est le cinéma qui m'a fait grandir. Vive le cinéma!", a-t-il lancé avant d'esquisser un mouvement de danse devant les photographes, sa récompense dans les mains. La projection de son premier film, "Douro, travail fluvial", réalisé en 1931, a clos l'hommage.