Mariage de raison, mariage de saison

J.-F. Pl. Publié le - Mis à jour le

Cinéma

Il règne là l'effervescence des grands jours. Et pour cause: la famille Verma s'apprête à célébrer le mariage de sa fille Aditi avec Hemant, un Indien émigré au Texas, le fruit d'un arrangement de dernière minute.

La perspective a le don de plonger la jeune femme dans une certaine anxiété - mais pas elle uniquement. Car tandis que les préparatifs de la vaste réunion de famille programmée suivent leurs cours, divers secrets refont surface - délicats lorsqu'il s'agit de souvenirs des parents unis, depuis des temps immémoriaux, pour le meilleur et pour le pire; indicibles, lorsqu'ils touchent à la chair même des êtres -, différentes histoires d'amour voient le jour. Et les âmes de se dévoiler, dans un bouillonnement incessant, tandis que les pluies de la mousson arrosent New Delhi....

Changement de ton pour Mira Nair qui, après un `Kama Sutra´ poussif, signe un film en forme de célébration: hommage proclamé à la famille penjabe, mais encore héritage assumé de la tradition colorée des films de Bolly- wood - ces productions distrayantes qui sont l'ordinaire du cinéma indien.

Sans surprise, son film adopte un rythme allègre, affiche une disposition légère, soulignée par les nombreuses chansons populaires qui l'émaillent mais aussi par un parti pris d'ensemble chamarré et exubérant.

ANCRAGE RÉALISTE

S'il y a là l'expression un brin kitsch d'un enivrant appétit de vivre, `Monsoon Wedding´ dépasse toutefois la chronique joyeuse d'un mariage en posant, sur l'Inde contemporaine, un regard sensible.

Au-delà de la fête s'écrit l'histoire d'une communauté partagée entre tradition et modernité, celle d'une société en proie à la globalisation aussi. Quelques plans quasi documentaires de la ville viennent appuyer cet ancrage réaliste, Mira Nair proposant une photographie habile d'une culture vouée à la mixité, que ce soit à travers la langue, curieux mélange d'hindi et d'anglais, ou l'éclatement familial, mais encore dans la dissolution du système ancestral des classes du fait de la nouvelle économie.

De quoi donner à ce film une portée plus ample - au point d'ailleurs de s'être vu décerner un Lion d'or (quelque peu flatté) à la dernière Mostra de Venise.

© La Libre Belgique 2002

J.-F. Pl.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM