Cinéma Quand Valérie Mercier retourne chez ses parents et en adolescence

Marie-Francine a les yeux sur un microscope toute la journée mais elle n’a pas vu venir la kiné de son mari. Le ski est encore bien plus dangereux qu’on ne le pense.

Et quand ça commence, ça ne s’arrête plus. Son homme la quitte et voilà Marie-Francine licenciée pour raisons… sanitaires. Le bâtiment qui abritait le laboratoire contenait de l’amiante alors la société a préféré tout fermer. On va pas égrainer la suite de ses malheurs de Marie-Francine pour en arriver directement au point final et au thème du film : Marie-Francine revient vivre chez ses parents à 50 ans.

"Marie-Francine", c’est le retour de Tanguy, en somme. Elle reprend la vie où elle l’avait laissée : la petite fille de papa et maman. Voilà une situation qui a du potentiel pour Valérie Lemercier, sauf que, elle n’y met pas tout son… potentiel, elle laisse faire le boulot par Hélène Vincent et Philippe Laudenbach qui sont ravis et ne se privent pour s’en donner à cœur-joie.

Valérie Lemercier a la tête ailleurs, dans une comédie romantique en fait. Mais oui, avec des petits gestes et des grands sentiments, avec des cœurs qui battent et des quiproquos qui les déchirent, avec des violons de Michel Legrand, cuvée un été 42, avec des compteurs à 50 ans remis à zéro.

On est tellement habitué à l’humour vache, provocateur, transgressif de Valérie Lemercier, qu’on met du temps à l’accepter en femme timorée, à s’habituer à son romantisme de "Ratatouille", à s’amuser aux malentendus de pacotille imaginés par les scénaristes pour tester la pureté des cœurs amoureux.

Il faut s’y faire à son nouvel environnement tendre et très sucré - Legrand c’est très calorique tout de même.

Il y a bien, de temps en temps, une pointe d’acidité qui fait du bien, lorsque Marie-Francine est poussée à bout. Et tant pis alors pour sa mère coincée sur le banc de bronzage.

Ça lui fait des vacances à Valérie Lemercier de jouer un personnage un peu terne, légèrement dépressif, dépourvu de confiance en soi.

A Patrick Timsit, aussi, pas trop habitué à jouer un bisounours, non plus. Un vrai couple d’amoureux adolescents de 50 ans.

Leur fraîcheur est aussi touchante à voir que l’abattage tonique du couple Hélène Vincent - Philippe Laudenbach.


© IPM
Réalisation : Valérie Lemercier. Scénario : Valérie Lemercier, Sabine Haudepin. Production : Edouard Weil. Image : Laurent Dailland. Costumes : Catherine Leterrier. Avec Valérie Lemercier, Hélène Vincent, Denis Podalydès, Patrick Timsit, Laudenbach… 1h35