Cinéma

La Terre, ou ce qu’il en reste, vers 3100… Tom Natsworthy (Robert Sheehan) est un jeune étudiant en histoire, passionné des vestiges des Anciens Hommes (grille-pain et autres smartphones), témoins d’une humanité révolue. Un millier d’années plus tôt, celle-ci a été victime d’une apocalypse quantique qui a ravagé la planète. Les survivants de cette Guerre des 60 minutes se sont regroupés en villes nomades. Installée sur une énorme machine roulante, Londres est adepte du darwinisme municipal. En gros, elle chasse les villes plus petites pour s’accaparer leurs richesses. Avec l’aide d’Hester Shaw (Hera Hilmar), Tom va tenter de mettre un terme à cette politique…


Mortal Engines est le nouveau blockbuster produit par l’équipe du Seigneur des Anneaux. Au scénario et à la production, on retrouve en effet le trio néo-zélandais Peter Jackson, Fran Walsh et Philippa Boyens, qui ont placé à la réalisation le spécialiste des effets spéciaux Christian Rivers, de tous les films de Jackson depuis Braindead en 1992. Et Dieu sait qu’il fallait un cador des effets numériques pour porter à l’écran le premier volume de la série de science-fiction pour ados Tom et Hester, publié en 2001 par l’Anglais Philippe Reeve. Proche de l’univers d’un jeu vidéo comme Final Fantasy ou de celui de Miyazaki, Mortal Engines n’est que de très loin un film. Pour créer cet univers dévasté peuplé de villes roulantes ou volantes, le poste informatique a en effet dû absorber une bonne partie du budget pharaonique de 100 millions de dollars. Mais à quoi bon cette débauche de moyens ? Car Mortal Engines n’est pas Mad Max. L’équipe de Peter Jackson réussit en effet le tour de force de vider de son sens le film post-apocalyptique, n’abordant jamais vraiment les questions posées par le genre : raréfaction des ressources et de l’énergie, conservation de l’humanité, réinvention de la civilisation…H. H.

Réalisation : Christian Rivers. Scénario : Peter Jackson, Fran Walsh & Philippa Boyens. Photographie : Simon Raby. Avec Robert Sheenan, Hera Hilmar, Hugo Weaving, Jihae… 2 h 08.

© IPM