Cinéma

Lundi, la Mostra de Venise accueillait le grand documentariste Frederick Wiseman.

Avec ses colonnes de marbre massives et ses chapiteaux donnant sur la 5e Avenue, la New York Public Library est l'un des temples de la culture aux Etats-Unis. Les enjeux qui s'y déroulent plus d’un siècle après sa fondation sont symptomatiques de l'état de la société américaine. C'est sans doute ce qui a poussé l'Américain Frederick Wiseman à y poser longuement sa caméra dans le passionnant Ex-Libris, présenté lundi en Compétition à la Mostra…

L’Amérique intellectuelle

À 87 ans, le cinéaste poursuit ici son travail de documentation de la société américaine entamé il y a 50 ans et qui l’a vu aborder l’école, l’hôpital, le tribunal, Central Park ou encore, dans son dernier film, la gentryfication du quartier de Jackson Heights à Brooklyn... Quand il n’observait pas de grandes institutions culturelles comme la Comédie française, l'Opéra de Paris ou la National Gallery de Londres.

Le style n’a pas changé: Wiseman enregistre le quotidien d'un lieu, abordé sous toutes ses facettes. On participe aux réunions du conseil d'administration de la Bibliothèque (pour découvrir son fonctionnement public-privé et son inscription dans la politique éducative de la Ville de New York), on suit un club de lecture dissertant sur Garcia Marquez, un cours d'alphabétisation, une rencontre avec Elvis Costello ou le récital d’un jeune slammeur brillant… Si le film dure plus de trois heures, la juxtaposition de ces petits moments, brassant des sujets si différents, permet que l’on ne s'ennuie jamais.

Portrait intime de la New York Library, « Ex-Libris » est aussi un grand film politique où Wiseman aborde tous les sujets majeurs qui traversent la société américaine: racisme, esclavage, accueil des migrants, éducation, place de la culture, rôle du service public… Ce n'est pas un hasard si le film s'ouvre par une rencontre avec le biologiste britannique Richard Dawkins, qui se bat pour la reconnaissance dans l'espace politique américain de l'athéisme, totalement passé sous silence alors que 20% des Américains sont sans religion. Soit plus que tout autre groupe religieux…

Mais l'enjeu majeur soulevé par ce documentaire-fleuve, c’est de changer notre regard sur la bibliothèque, non pas simple entrepôt de livres, mais véritable lieu de diffusion des connaissances et de la culture.

Au coeur de l’Amérique profonde

Outre Une famiglia, film de Sebastiano Riso avec Patrick Bruel — première entrée en lice d’un film italien —, la Compétition vénitienne accueillait également ce lundi Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, très applaudi par la presse internaionale. L’Amérique que filme Martin McDonagh est l’exacte opposée de celle, intellectuelle, de Wiseman. Comme son compatriote Andrew Haigh dans « Lean on Pete » au début de la Mostra, le réalisateur britannique place son récit dans l’Amérique profonde, celle d’une petite ville du Missouri tout ce qu’il y a de plus tranquille.

Jusqu’à ce qu’une femme (formidable Frances McDormand) décide de louer à l’année trois vieux panneaux publicitaires décrépis à la sortie de la ville: « Ma fille a été violée pendant qu’elle était en train de mourir - aucun suspect n’a été arrêté - comment est-ce possible shérif? » De quoi mettre le feu aux poudres et réveiller les démons de cette petite communauté paisible…

Porté par un casting aux petits oignons (Woody Harrelson, Peter Dinklage, Sam Rockwell, Abbie Cornish…), « Three Billboards » est un excellent polar, mettant en scène des personnages complexes. Auteur du scénario, McDonagh (à qui l’on devait « In Bruges » en 2008) confère en effet à chacun une vraie profondeur, une vraie humanité, avec ses secrets inavouables, ses failles…

Grâce à un humour ravageur, « Three Billboards » dresse un portrait sans concession du sud de l’Amérique dans tout ce qu’elle a de plus sale, faisant ressurgir à la surface tous ces fantômes qu’elle ne parvient pas à enfouir: racisme, hypocrisie, violence… Mais jamais McDonagh ne se fait donneur de leçons. Pas de noir ou de blanc ici: tout est gris…