Cinéma

Courts métrages et mise en abyme artistique

Ce mois-ci «Tout Court» vous présente, ce mercredi soir, deux courts métrages belges. Le premier, «Une journée ordinaire», a été réalisé par Claude François à qui nous devons «Le Pavillon des passions humaines», un film qui permit au public bruxellois de redécouvrir l'oeuvre de Jef Lambeaux au Cinquantenaire. «C'est intéressant de voir un film avec l'oeil du documentariste et de faire l'inverse évidemment», nous confie-t-il en nous parlant de «Une journée ordinaire» son film qui se consacre à explorer le monde qui gravite autour des «marchands de craie» (1882-1883), un triptyque de Léon Frédéric exposé au Musée royal des beaux-arts de Bruxelles. Claude François s'attache à regarder les spectateurs qui scrutent la toile à l'aide de deux caméras minuscules placées de chaque côté de celle-ci. Au spectateur de découvrir la curiosité de l'autre.

Cette expérience hardie sera suivie par «Le Grand chien courant saintongeois» de Patrice Bauduinet et Marcel Piqueray. Ce dernier, l'un des représentants du surréalisme belge y lit l'un de ses poèmes, écrit dans l'entre-deux- guerres. C'est le seul témoignage filmé que nous possédions du poète qui dirigea de nombreuses années la revue «Phantomas».

Deux films au sujet artistique qu'il ne convient pas de rater, pour leurs dispositifs qui favorisent la découverte de l'activité artistique. (J.-M.V.)

Pour plus d'informations sur notre cinéma, consultez : www.cinergie.be

© La Libre Belgique 2003