Cinéma

Les rebelles du Dieu fric

C'est une histoire d'amitié qui démarre à l'Insas où Julien Selleron rencontre Yu Likwai. L'un réalise des courts métrages de fiction; l'autre, de retour en Chine, réalise deux longs métrages mais devient aussi le chef opérateur de Jia Zhangke, le chef de file du jeune cinéma indépendant chinois. C'est Yu qui met Julien en contact avec Jia Zhangke, l'auteur de «Xia-Wu, artisan pickpocket», «Platform» et «Plaisirs inconnus». Interdits de tournage en Chine et interdits de diffusion, ses films sont diffusés en salles en Europe et en DVD pirates en Chine, suscitant parmi la jeunesse chinoise des forums de discussion sur Internet. Et ce, au grand déplaisir des autorités chinoises qui préfèrent afficher leur taux de croissance annuel plutôt que de montrer les laissés pour compte du système regardant, ahuris et narquois, les nouveaux riches; ce que nous montrent très précisément les films de Jia Zhangke.

Invité par ce dernier, Julien Selleron a profité de son séjour en Chine pour réaliser «Made in China» (une coproduction Lux-Fugit/CBA), Jia Zhangke tournant «World», son dernier film. «Il y a chez Jia Zhangke, nous explique Julien Selleron dans la salle de montage, la volonté comme chez des cinéastes comme Pialat ou Cassavetes de s'attacher à la description de la réalité dans la fiction mais aussi dans la plus grande vérité possible. Une question revient sans cesse, la vitesse à laquelle la mutation de la Chine se produit. Les Chinois accomplissent en 20 ans ce que l'Occident a mis trois cents ans à développer.» (J.-M.V)

Pour plus d'informations sur notre cinéma,

consultez : cinergie.be.

© La Libre Belgique 2005