Cinéma

Temps et durée

«Le Songe», le dernier court métrage de Philippe Reypens sera diffusé le 15 mai sur la deux/RTBF, dans l'émission «Tout court» produite par Renaud Gilles. Un film qui nous conte le cheminement intérieur de Sally, photographe en perte d'inspiration et qui mélange plusieurs thématiques autour du temps de la création, de son évolution, de ses ruptures, du passage de la photo en noir et blanc à la couleur ainsi qu'une réflexion sur la captation du temps (instantané pour la photographie et qui s'installe dans la durée pour le cinéma). Le film évolue entre rêve et réalité sans que l'on ne sache trop en déterminer les frontières.

«Je ne voulais pas montrer une femme en train de photographier mais son parcours intime, nous précise Philippe Reypens. Le sujet est le temps, le pouvoir de la photographie est d'essayer de suspendre le temps ce qui est moins évident au cinéma. Celui-ci est dans la durée (le film fait 23 min) alors qu'en photographie il n'y en a pas. C'est la raison pour laquelle certains artistes préfèrent la photo au cinéma. Je voulais éviter une narration elliptique où le temps passe très vite. Il y a dans «Le Songe» une unité de temps et de lieu sauf pour le plan final qui fait la transition entre l'été et l'hiver. Dans celui-ci le cadrage cinématographique se réduit au cadre photographique. Le format rectangulaire se transforme dans le dépoli carré de la chambre technique.» (J.-M.V.)

Pour plus d'informations sur notre cinéma, consultez, www.cinergie.be.

© La Libre Belgique 2006