Cinéma

Découvrir Jean Delire, artiste-cinéaste

Le cinéma belge des années 60 a tendance à être résumé au seul nom d'André Delvaux. Pourtant, nombreux sont ceux qui ont contribué activement à la constitution d'une production de qualité en demeurant paradoxalement méconnus du grand public.

Parmi ces êtres d'images perdus de vue, Jean Delire, assistant de Charles Dekeukeleire puis réalisateur free-lance à la RTB d'alors. Ce natif de Charleroi, grand admirateur d'Orson Welles, était doté d'un fabuleux sens de la bande-son et cultivait un intérêt particulier pour le genre fantastique et les prises de vues tournées en décors naturels. Polyvalent, il pouvait s'adonner avec aisance et curiosité au reportage, au documentaire comme à la fiction. Malgré son long métrage («Plus jamais seuls»), Jean Delire souffrit d'être perçu seulement comme un réalisateur de télévision par une partie de la profession et de ne pas voir repris «Chroniques du Chalet 1 », une de ses fictions, dans sa filmographie éditée par la Cinémathèque. D'ailleurs, peu de temps avant sa disparition en 2000, il rappelait son attachement à ce titre-là à son ami et chef opérateur André Goeffers: «C'est mon film. Celui dont il faut se souvenir...» Honneur lui est rendu: pour la première fois, le travail favori de Jean Delire sera projeté sur un grand écran.

La manifestation est organisée par l'Atelier Alfred et la Cinémathèque royale, en collaboration avec l'Espace Delvaux et Cinergie. Au programme: extraits de films et table ronde avec des collaborateurs de Delire: Pierre Levie, Jacques Boigelot, Lucien Binot, André Goeffers (présentation: Jean-François Pluygers et Gérald Frydman). (K.B.)

Le jeudi 30 novembre à partir de 20 h à l'Espace Delvaux, 3, rue Gratès, 1170 Bruxelles. Rens.: 02.663.85.50.Pour plus d'infos sur le cinéma belge : www.cinergie.be

© La Libre Belgique 2006