Cinéma

La nuit, Brady rêve de chevaux sauvages. Le matin, face à son miroir, l’homme qu’il contemple n’est plus tout à fait le même. Une énorme cicatrice atteste de la violence de l’accident dont a été victime ce jeune espoir du rodéo du Dakota du Sud, quand il est tombé sur une jument récalcitrante, qui lui a fracturé le crâne d’un coup de sabot. Des images qu’il se repasse en boucle sur son téléphone portable. Sa convalescence avançant, se pose la question : raccrocher la bride ou remonter en selle, comme le pressent de le faire ses copains, mais au risque de mettre à nouveau sa vie en danger ?

Pour son second long métrage après "Songs My Brothers Taught Me", la cinéaste chinoise Chloé Zhao (qui a étudié le cinéma à New York) se plonge dans un univers très masculin, celui du rodéo. Avec ces cow-boys modernes chevauchant, durant quelques secondes, des mustangs et des taureaux déchaînés. C’est sans doute cette distance dans le regard qui lui permet de filmer au plus juste cette Amérique profonde sans jamais la surplomber, en se glissant au contraire en son sein pour en montrer les espoirs, les rêves mais aussi et surtout les désillusions.

Si "The Rider" sonne si juste, c’est à cause de la démarche inhabituelle de la cinéaste. Car s’il s’appelle Brady Blackburn à l’écran, son cow-boy désenchanté est bien réel. Il s’agit de Brady Jandreau, qui joue ici son propre rôle, aux côtés de son père, de sa sœur handicapée et de ses amis et collègues. Dont Lane Scott, gloire éphémère du rodéo aujourd’hui paralysé et incapable de parler suite à un accident de voiture. Cette explosion du réel au cœur même de la fiction confère une force incroyable à cette méditation sur la difficulté de renoncer à ses rêves. Et même ici, à la raison d’être et de vivre du héros : chevaucher au vent sur sa monture.

Très remarquée à la Quinzaine des réalisateurs cannoise, cette coproduction belge (via la branche US de la société de production flamande Caviar) est une œuvre envoûtante. Optant pour une mise en scène épurée, laissant parler les fantastiques paysages du Midwest, Chloé Zaho parvient, derrière le portrait de son héros contemporain, à mettre en scène une Amérique en perte de repères, qui se raccroche comme elle peu à son passé, à cette figure anachronique du cow-boy solitaire qui n’existe déjà plus…

Dans le contexte de ce western du réel, la cinéaste interroge également avec beaucoup de finesse le thème de la liberté individuelle. Une valeur cardinale du rêve américain, sans cesse remise en question ici. Car est-on vraiment libre d’être qui l’on veut face à la pression des amis, de l’entourage, de la société de rester "un homme, un vrai" et de remonter sur son cheval ?

Scénario & réalisation : Chloé Zhao. Photographie : Joshua James Richards. Musique : Nathan Halpern. Montage : Alex O’Flinn. Avec Brady Jandreau, Tim Jandreau, Lilly Jandreau, Lane Scott… 1 h 44.

© IPM