Cinéma

C'est avec un peu de retard que fut dévoilée hier à Paris, la sélection officielle du 57e Festival de Cannes. C'est que les organisateurs furent bloqués quelques minutes par les intermittents du spectacle. « Nous n'employons aucun intermittent mais nous en accréditons beaucoup », a déclaré la directrice générale Véronique Cayla. Toutefois, une lourde menace plane sur le plus grand rendez-vous mondial du cinéma. Des rencontres sont prévues entre les différentes parties de ce dossier, une bombe à retardement qui après avoir pulvérisé Avignon pourrait aussi exploser sur la Croisette.

Première surprise, le nombre de films en sélection officielle passe de 22-23 à 18, il faut dire que le festival compte de fait un jour de moins. Remise traditionnellement le dimanche, la Palme d'or le sera cette année dès le samedi 22 mai.

Compétition

Sur les 18 cinéastes susceptibles de la brandir fièrement, douze abordent pour la première fois la compétition cannoise. Ce qui ne veut pas dire que ce sont des inconnus pour autant, puisqu'on y verra Agnès Jaoui, Tony Gatlif, Stephen Hopkins bien connu des amateurs de fantastique ou encore les réalisateurs de «Shrek 2». Tout de même, le renouvellement est plus spectaculaire que d'ordinaire avec les deux Coréens, le pays en vogue, Hong Sang-soo Park Chan-wook, les Japonais Kore-Eda Hirokazu et Oshii Mamoru (Avalon), le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, l'Argentine Lucrecia Martel, l'Italien Paolo Sorrentino et l'Allemand Hans Weingartner, une nation écartée de la compétition depuis longtemps.

Côté poids lourds, ceux qu'on attendait l'an dernier sont enfin arrivés. Emir Kusturica et «La Vie est un miracle» briguera une troisième palme d'or alors Wong Kar-waï (Chine) décrochera peut-être sa première avec «2046», projet antérieur à «In the Mood for Love». Michael Moore ne passera pas inaperçu avec «Fahrenheit 9/11», son documentaire consacré à Bush. Et les Coen, présents pour la septième fois avec «Lady Killers» guideront Tom Hanks qui montera sur les marches pour la première. On citera encore Olivier Assayas et le Brésilien Walter Salles (Central Do Brazil).

Section «Hors compétition»

« Inscrire de nouveaux noms sur la carte du cinéma mondial », telle est l'ambition énoncée par le sélectionneur Thierry Frémaux, lequel s'est empressé de préciser que « Les cinéastes attendus sont tous là ».

Il est vrai que si la «compétition» a fondu, le «hors compétition» a grossi de façon spectaculaire. On y compte pas moins de quatorze films, soit une dizaine de plus que d'habitude. On assiste donc à la naissance d'une nouvelle section officielle, la «hors compétition». On y projettera deux (co) productions belges: «Cinéastes à tout prix» de Frédéric Sojcher et «Salvador Allende» de Patrico Guzman. Ils seront en prestigieuse compagnie : Pedro Almodovar (La mala educacion), Jean-Luc Godard (Notre Musique), Irwin Winkler (De-Lovely), Wolfgang Petersen (Troy), Quentin Tarantino (Kill Bill), Jonathan Nossiter (Mondovino), Zhang Yimou (Flying daggers), Abbas Kiarostami (Five), etc.

Un certain regard

Et puis, il y a la troisième section officielle, «Un certain regard», celle qui révéla «La Meglio Gioventu», l'an dernier. Cette année, on y verra entre autres «La rage au coeur» de Youssef Chahine, «Poids léger» de Jean-Pierre Améris, «Nelly» de Laure Duthilleul, «A tout de suite» de Benoît Jacquot, «Non ti muovere» de Sergio Castellitto avec Penelope Cruz, «10 on ten» autre film d'Abbas Kiarostami, «The assassination of Richard Nixon» de Niels Mueller avec Sean Penn et Naomi Watts, etc.

Le Jury

Seule, la compétition sera soumise au jury présidé par Quentin Tarantino. Le réalisateur de «Pulp Fiction» sera entouré des actrices Emmanuelle Béart, Tilda Swinton et Kathleen Turner, de l'écrivain Edwidge Danticat, des réalisateurs Jerry Schatzberg et Tsui Hark, du critique finlandais Peter Von Bagh (qui sera demain à Bruxelles pour présenter Aki Kaurismaki) et at last but not least: Benoît Poelvoorde. Ce sera Ben, le retour sur la Croisette où il rencontra, en 1991, simultanément la gloire avec «C'est arrivé près de chez vous» et l'amour, sa femme Coralie.

© La Libre Belgique 2004