Cinéma

La maison de production Lucasfilm a annoncé mardi de nouveaux épisodes de "Star Wars" qui seront réalisés par les créateurs de la série télévisée culte "Game of Thrones" et s'est attirée de virulentes critiques, accusée de n'embaucher que des hommes blancs pour concevoir la saga galactique.

David Benioff et D.B. Weiss, les créateurs de la série fantastique à succès de HBO, vont écrire et produire de nouveaux films - leur nombre n'a pas été précisé.

L'intrigue sera à la fois séparée des aventures de Luke Skywalker et des dynasties de Jedis, au coeur des trois premières trilogies, et d'une nouvelle série de trois films, dont Disney a annoncé la préparation au mois de novembre.

"David et Dan sont parmi les meilleurs pour concevoir des récits (...) leur maîtrise des personnages complexes, la profondeur du récit, la richesse de la mythologie devrait emmener +Star Wars+ vers de nouveaux chemins et je trouve cela terriblement enthousiasmant", s'est félicitée la patronne de Lucasfilm Kathleen Kennedy dans un communiqué.

MM. Benioff et Weiss ont quant à eux publié un communiqué où ils confient avoir rêvé de voyager vers la célèbre galaxie "lointaine, très lointaine" depuis le premier opus de la saga en 1977.

"Nous sommes honorés de cette chance, un peu terrifiés par la responsabilité, et si excités de démarrer ce projet dès que la dernière saison de +Game of Thrones" sera terminée", ont-ils poursuivi.

Bob Iger, le patron de Disney, maison mère de Lucasfilm, a indiqué que la saga, l'une des plus rentables et populaires de l'histoire du cinéma, avait dépassé les attentes du groupe depuis que le géant du divertissement a racheté en 2012 la société de production créée par George Lucas.

Les deux premiers films de la plus récente trilogie, "Le Réveil de la Force et "Les derniers Jedi" font partie des plus grosses recettes de l'histoire du cinéma, avec 2 milliards de dollars et 1,3 milliards générés respectivement.

'Excuses bidons' 

"Rogue One" (2016), premier film indépendant des trilogies au coeur de cet univers, a quant à lui amassé plus d'un million de dollars de recettes en salles, ce qui augure une bonne performance pour le prochain spin-off qui sort en mai et racontera la jeunesse de Han Solo, autre personnage mythique de la saga.

Les six épisodes de la dernière saison de "Game of Thrones", l'une des séries télé les plus populaires de tous les temps, commenceront à être diffusés en 2019.

"Game of Thrones" est devenu connu pour ses scènes d'érotisme débridé, tout comme pour sa haute dose d'hémoglobine, alors que "Star Wars", au public familial, est beaucoup moins explicite dans son rapport au sexe et à la violence.

Certaines critiques voyaient toutefois dans cette annonce une preuve supplémentaire du manque de femmes ou de réalisateurs issus de minorités derrière la caméra de "Star Wars" - contrairement à la mixité des acteurs.

"Toujours pas de signe nulle part dans une galaxie très ancienne et lointaine d'une femme ou de personnes de couleur dans sa conception", s'est plaint Franklin Leonard, un cadre de l'industrie du film, entre autres critiques sur les réseaux sociaux.

Le puissant magazine Variety, la bible du secteur du film et de la télévision, a été jusqu'à publier une tribune acide soulignant que "96% des scénaristes et réalisateurs de l'univers de +Star Wars+ sont des hommes blancs".

"Je ne vois pas ce qui empêche Kathleen Kennedy d'engager les hommes et femmes de couleur, ou les femmes blanches, qui sont motivés, talentueux, expérimentés avec des histoires sur +Star Wars+ à raconter", a insisté la journaliste de Variety Maureen Ryan.

"Depuis toutes les années où j'écris sur ces questions, j'ai entendu toute sorte de justification et honnêtement, elles sont toutes bidons", conclut-elle.