Cinéma Chronique d’Ungersheim, village alsacien en transition écologique.

Face caméra, des visages se succèdent : "Qu’est-ce qu’on attend ?" "N’ayons pas peur, c’est que du bonheur !" Pour ces habitants d’Ungersheim, à 15 km de Mulhouse, le futur n’est plus synonyme d’angoisse. C’est que, sous l’impulsion de leur maire écologiste Jean-Claude Mensch, au lieu de subir les dérives suicidaires de la société occidentale, ils ont décidé d’agir dès aujourd’hui pour la changer radicalement. S’inspirant du modèle de Rob Hopkins, qui a lancé en 2006 le réseau des Villes en transition à Totnes en Angleterre, ils ont transformé leur village de 2 000 habitants en un laboratoire du monde de demain.

Très remarquée en 2008 avec son formidable documentaire "Le monde selon Monsanto", qui décortiquait de façon méticuleuse le fonctionnement de la multinationale de l’industrie agrochimique, puis avec "Notre poison quotidien" deux ans plus tard, toujours sur les conséquences de la chimie sur notre santé, Marie-Monique Robin revient avec un documentaire totalement différent, plus du tout anxiogène. Il faut dire que "Demain" de Cyril Dion et Mélanie Laurent et son million d’entrées résonnent encore dans les esprits. Désormais, pour réveiller les consciences, l’heure est à l’optimisme ! Il ne s’agit plus de marteler combien on va dans le mur mais de montrer ce qui se fait déjà, au niveau local ou individuel, pour remettre en cause nos modes de vie et de consommation.

Concevant son film comme une chronique villageoise, la documentariste française s’est rendue durant un an à Ungersheim, pour filmer les différentes actions menées par les habitants : culture des champs et ramassage scolaire au cheval de trait; distribution de paniers bio; cantines bio; conserverie pour ne pas jeter les surplus agricoles; paiements en radis, la monnaie locale… Et chaque fois, le discours est le même : en agissant concrètement pour la planète et pour le bien commun, on retisse du lien social. Mieux, on retrouve un sens à sa vie. Et en plus, ça marche : la ville a créé une centaine d’emplois, économise 600 tonnes de CO2 par an et tout cela sans augmenter les impôts locaux depuis plus de 10 ans. Elle a même économisé plus de 120 000 € !

Si, d’un point de vue cinématographique, c’est un peu pauvre (aucune recherche esthétique dans l’image par exemple, musique assez gnangnan), si le film n’est pas exempt de longueurs et de redites, "Qu’est-ce qu’on attend ?" emporte l’adhésion par son optimisme militant et réussit à rendre espoir en l’avenir. Et tant pis si, aux dernières élections présidentielles à Ungersheim, Marine Le Pen a fini largement en tête, tant au premier qu’au second tour. C’est que tous les habitants n’ont pas encore pris en marche le train de la transition…


© IPM
Scénario & réalisation : Marie-Monique Robin. Musique : Jean-Louis Valéro. 1 h 59.