Cinéma L’acteur français s’est glissé avec conviction dans la peau du jazzman manouche. Entretien Hubert Heyrendt A Berlin

En février, "Django" faisait l’ouverture de la 67e Berlinale. Un geste fort de la part du directeur du festival Dieter Kosslick, qui mettait ainsi sous le feu des projecteurs allemands le génocide tzigane par les nazis. Une belle visibilité aussi pour l’acteur principal du film d’Etienne Comar, l’excellent Reda Kateb.

Français d’origine algérienne, celui-ci se glisse avec une facilité déconcertante dans la peau de Django Reinhardt. "Je voulais vraiment qu’en regardant le film, les Tziganes pensent que je puisse être Tzigane et que les musiciens croient que je joue de la guitare", nous expliquait-il à Berlin. "J’ai passé un an à préparer ce rôle. Et la meilleure porte d’entrée, cela a été d’écouter sans cesse la musique de Django. J’ai dû bien sûr aussi apprendre à jouer de la guitare. Je n’en avais jamais fait avant; j’ai donc pu apprendre cette technique particulière de ne jouer qu’avec certains doigts. Je voulais vraiment arriver à jouer comme Django. J’ai aussi regardé les quelques courtes vidéos qu’on a de lui, beaucoup de photos et quelques documentaires."

La suite de cet entretien est réservée à nos abonnés.